mercredi, 14 novembre 2012 22:21

Conakry: Dr Alpha Oumar Telly Diallo passe en revue le bilan mensuel du PRG!

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Une Nouvelle Voie (Octobre 2012)
Bienvenue à mon bilan du 10e mois de l’An 02 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.
1.    Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « Mes visites à New-York, à Pékin ou à Rio, je les ai faites pour vous, pour défendre les intérêts de la Nation et promouvoir l’Afrique émergente dont nous sommes si fiers (discours à la nation la veille le 02); le train des législatives est parti de la gare. Ceux qui monteront dedans iront, ceux qui ne veulent pas, resteront à quai. Personne ne l’arrêtera plus…


La corruption ce n’est pas seulement au niveau de l’état mais il y a aussi des cadres dans les sociétés minières qui utilisent des fonds pour eux-mêmes…Nous allons les balayer et mettre fin à ces contrats de sous-traitance. Les beaux jours de ces vautours sont finis….Je vous garanti que les emprunts concessionnels que nous aurons à prendre, chaque fois qu’il y aura un projet et les syndicats et la société civile, chacun pour suivre les travaux…On ne sera plus dans l’obscurité, ça sera dans la transparence totale (le 02 lors des manifestations de célébration de l’indépendance à Boké) ; à l’occasion de la célébration de votre 56e anniversaire il me plait de vous adresser au nom du peuple de la république de Guinée, de son gouvernement ainsi qu’en mon nom propre nos vives et chaleureuses félicitations (lettre au président Poutine pour son anniversaire!) ;
il faut que les guinéens puissent me dire la vérité pour qu’on avance…notre faiblesse aujourd’hui c’est que lorsqu’un gouvernement est formé, on demande il y a combien de Peuls, de Malinkés, de Soussous et de forestiers, mais on ne demande pas si il y a des cadres compétents…je prie Dieu que des cadres compétents soient nommés pour aider la Guinée et que le peuple de Guinée puisse bénéficier de ses richesses (à la fin de son pèlerinage à la Mecque);


•    Pour : le bilan de l’action du PPAC, la veille de la fête de l’indépendance du pays a été un grand exercice d’autosatisfaction et d’autopromotion. Il a rassuré les plus naïfs sur l’utilité de toutes ses ballades non seulement pour son petit peuple mais surtout pour son continent. En 18 mois il nous affirme qu’il a presque tout réglé dans le pays, y compris l’électricité à l’intérieur du pays et toutes les tares de nos forces de l’ordre. Et surtout il a menacé encore une fois les voleurs en col blanc en prenant bien soin de regarder partout, sauf à la présidence ; il nous a promis désormais « plus d’obscurité et la transparence totale » confirmant donc que ces deux n’existaient pas depuis janvier 2011. Finalement les déclarations de fin de pèlerinage indiquent qu’il s’est effectivement rapproché un peu plus de Bon Dieu – voyons maintenant pour combien de jours…
•    Contre : et puis vint le discours improvisé du lendemain à Boké – du PPAC de très bon crû ! Il est surtout triste de constater que dans les 2 discours aucune mention spéciale n’a été faite à ceux qui ont crée la Guinée qu’il préside aujourd’hui, tous ces « compagnons de l’indépendance » bons ou mauvais, qui ont été ses prédécesseurs ou les victimes du pays qui fête ses 54 ans. Comme si tout commence (et finira) par lui - cela frise la suffisance et le manque de reconnaissance historique indispensables à un vrai « père de la nation ». Sur un ton plus comique envoyer un message de félicitation du peuple de Guinée pour l’anniversaire d’un président étranger, même si c’est Poutine est vraiment du plus mauvais goût surtout quand je constate qu’il a raté ceux de Hujin Tao, Obama, Angela Merkel et Hollande. Il faudrait qu’il en fasse ses amis sur Facebook pour ne plus oublier toutes les fêtes de ses « Grand-Grand ».
•    Une  Nouvelle Voie : notre PPAC par ses invectives et menaces violentes, uniquement en langue nationale soussou fait de plus en plus peur à tout son peuple. Vivement le jour où nous n’aurons à apprécier que des messages porteurs d’avenir et de bonheur prochain. Un président qui fera rêver tous ses concitoyens, au pays et dans la diaspora ; qui par ses mots attirera tous les guinéens éparpillés de part le monde à revenir participer avec leurs moyens intellectuels, techniques et financiers au démarrage national.
------------------------------------------------------
2.    Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : colloque universitaire sur l’unité et la solidarité en Guinée ; séminaire de formation de 80 agents de la fonction publique sur le renforcement des capacités  des gestionnaires  des ressources humaines ; formation de cinq cent (500) jeunes retenus dans le cadre de la première phase du projet gouvernemental dénommé « Jeunes guinéens au travail » ; atelier pourtant sur la vulgarisation de la convention 189 de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) sur les droits et protection des travailleurs et travailleuses domestiques ; séminaire régional consacré à la lutte contre le trafic de cocaïne en Afrique de l’Ouest ;  atelier sous le thème :  harmonisation des activités des intervenants (institutions et organisations de la société civile) dans la lutte contre la corruption et les pratiques assimilées ; atelier national de restitution de l’étude sur le financement de la santé, y compris la couverture sociale en Guinée ; atelier sur le rapport d’étude sur l'impact environnemental et social (EIES) de la zone industrielle de Boffa-Télémilé ; académie de renforcement des capacités de ses organisations membres du ROASE sur le thème « Rôle du secteur de la sécurité dans l’organisation d’élections crédibles et apaisées » ; atelier du ministère de l’industrie et de la société financière internationale sur le thème « Vers une nouvelle politique d’investissement pour la Guinée » ; atelier scientifique « La trypanosomiase humaine africaine (THA) en Guinée, bilan et perspectives d’élimination »


•    Pour : le séminaire-business mensuel (10) semble maintenir le profil bas. L’idée des séminaires universitaires est plus agréable et rafraichissante que ceux des bailleurs de fonds dans le contexte actuel car le public est plus réceptif et ciblé intellectuellement (personnes effectivement en formation) et sûrement moins pourri (réduction ou absence de perdiems et autres dérives à l’excellence dans la formation). Les formations professionnelles directement en rapport aux besoins des grands projets d’infrastructures et de mines du pays sont également une bonne action, déjà recommandée plusieures fois dans le passé pour les milliers de jeunes chômeurs abandonnés à leur triste sort. Bravo également pour ceux qui abordent enfin le problème des travailleurs domestiques dont le traitement est parfois très proche de l’esclavage, mais une fois de plus il faudra dépasser les beaux discours et les belles résolutions pour passer à des actions efficaces et urgentes. J’apprécie aussi l’atelier sur l’élimination de la maladie du sommeil, un fléau qui fait des ravages surtout au niveau de notre premier ministre (PM) et de son gouvernement « civil et d’expertise ».
•    Contre : je ne vois rien de négatif sur les formations et séminaires de ce mois – juste un vœu : moins de bla-bla dans tous ces sujets importants dans le contexte actuel, et plus de résultats concrets à nous montrer.
•    Une  Nouvelle Voie : un jour prochain nous parlerons des calendriers mensuels, trimestriels et annuels de formations et recyclages de jeunes bien identifiés et évalués en rapport avec les besoins nationaux et locaux en ressources humaines pour les volets porteurs d’embauche en particulier nos secteurs agricoles, miniers et de construction d’infrastructures.
------------------------------------------------
3.    Les décisions et actions « positives » du mois : le 02, célébration d’une de nos fêtes nationales sans morts et blessures d’innocents – pour le 28 septembre et le 27 aout c’est définitivement raté ; le 05 le PPAC nous offre enfin le (micro) remaniement ministériel tant promis mais le changement est une fois de plus aux abonnés absents ; participation du président au sommet de la francophonie à Kinshasa les 13 et 14 et ensuite au match de l’équipe nationale de football à Niamey : si seulement il pouvait emprunter la 1e classe d’un vol commercial, comme tous les PPTE devraient le faire ; voyage en Arabie Saoudite le 22, officiellement pour le saint pèlerinage et officieusement surtout pour soigner discrètement ses bobos de septuagénaire historique ; la Guinée améliore sa position dans le classement « Doing business 2013 » par des progrès dans les domaines de création d’entreprises, d’obtention de permis de construire et de raccordement au réseau électrique (avec très peu d’électricité) : notre score dans l’indicateur des meilleures pratiques passe de 39,1%  à 41,1% ; le gouvernement a payé les micro-salaires de certains fonctionnaires en avance ce mois-ci (à partir du 24) pour leur permettre de faire face aux dépenses de la fête de la Tabaski – mais après l’achat du mouton et des habits neufs ça va chauffer dans les ménages pour le mois suivant ; la Guinée obtient le 25 l’annulation de 99,2% de la dette vis à vis du club de Paris, suite logique de la confirmation de notre état misérable de PPTE – mais il reste encore une bonne partie des dettes bilatérales et toutes les dettes commerciales à payer tous les ans ; le 29 soit le lendemain de son retour du pèlerinage musulman le PPAC signe le décret confirmant les membres de la nouvelle CENI mais il n’a pu s’empêcher de « mélanger » légèrement la liste des 10 nominés par l’opposition : il leur accorde 90% de leurs revendications de postes mais offre le dernier poste au pire de nos politiciens (J.M. Doré) et qui avait juré ne pas faire partie de l’opposition ;
•    Pour : l’idée de la délocalisation de la fête d’indépendance dans nos capitales régionales est une bonne idée pour impulser le développement régional – mais Boké n’est hélas pas l’une des capitales de nos 4 régions naturelles. Ah oui, j’oubliais : c’est le lieu de naissance du PPAC, une ville sainte comme pour Kim Il Sung  et Kim Jon Il. Pour le nouveau gouvernement « entièrement civil et d’expertise » d’après son créateur il y a quelques points positifs : un ministère des DDH et des libertés publiques avec un ministre qui a fait des efforts surhumains pour y être nommé. Démagogie habituelle ou soudaine prise de conscience ? J’attend de voir en souhaitant bon vent et beaucoup de courage au nouveau promu qui connait bien en tout cas son sujet ; départ des 3 derniers militaires du CNDD (sur « conseils appuyés » de la FIDH et des Big Brothers) mais il semble qu’ils auraient été invités à proposer leurs remplaçants – le plus gradé a choisi son épouse, le deuxième son cousin germain et le troisième n’a toujours pas trouvé quelqu’un de sa valeur dans sa famille ; enfin un diplomate aux affaires étrangères ; son prédécesseur, « docteur cholera » (l’un des meilleurs experts nationaux de cette maladie) va là où on a urgemment besoin de lui, à la santé ; deux personnes de moralité douteuse sont mises à la porte. Pour le pèlerinage du boss tous les guinéens prient pour que le Bon Dieu lui montre enfin dans les dunes du désert d’Arabie le vrai chemin de changement en Guinée. Le 1e bon signe est la reconnaissance à 90% de la liste des membres de l’opposition à la CENI – quelle baffe magistrale à Condé III (Alhassane) et ses faux partis d’opposition !
•    Contre : les deux plus grandes caractéristiques de la fête du 02 à Boké ont été l’amateurisme et la cupidité des organisateurs. Ainsi avec quelques centaines de milliards de GNF ils ont réussi à réaliser une place de l’indépendance bien décorée (mais dont la peinture fraiche, faite la veille tachait les beaux habits), les rues de la ville nettoyées et badigeonnées à la chaux, des tenues neuves pour les majorettes, quelques chambres d’hôtes chez l’habitant et de très nombreuses premières pierres. Rien à craindre, le PPAC a promis de surveiller lui-même la finalisation de tous les chantiers. De plus il n’y a eu de fête nationale qu’à Boké, sans rien d’autres dans les autres villes du pays. Du coup au lieu de rassembler tous les guinéens au moins ce jour-ci, cette fête envoie plutôt un vilain message à relents populiste et ethnocentrique – deux spécialités du PPAC, il est vrai. De plus, au lieu de tendre la main à son opposition (démocratique comme lui) le jour de l’anniversaire de notre union pour bâtir une nouvelle nation indépendante il leur a plutôt montré le bout de sa botte de cowboy. Le « ensemble construisons la Guinée » est devenu un vieux souvenir totalement oublié. Je pense que tous les guinéens, même ses supporteurs ont compris qu’il a en fait totalement échoué sa transformation de président du RPG en président de la république. Quand aura-t-il la finesse d’esprit de laisser le sale boulot d’attaques et menaces permanentes à ses faucons du parti qui sont prêts à 100% pour cela ? Pour les nouveaux ministres le plus grand regret reste que deux des pires militaires du pays (Pivi et Tiegboro) restent en poste, « cachés » dans le gouvernement de la présidence. Il n’y a que 3 ministres de moins après ce petit jeu de chaises musicales - mais une de plus à la présidence le lendemain - alors que l’austérité post-PPTE est l’un des nouveaux objectifs du pays convalescent. Le PM, l’imam Fofana Vimto est toujours au sommeil sur le volant du Titanic; encore des doublons entre ministères alors que celui de la fonction publique est oublié (les autres oubliés étant totalement inutiles). Au final ce remaniement est plus que décevant ! Quand au coup de pub visé par la possible qualification de l’équipe nationale de football à la prochaine CAN 2013 et le retour triomphal à Conakry, c’est le fiasco total. Il espérait prouver encore une fois que le changement marchait sur des roulettes même pour le foot – au lieu de cela les supporteurs diront qu’il a porté la guigne à nos joueurs. Vraiment c’est dur la politique politicienne pour le PPAC en Guinée !
•    Une Nouvelle Voie : l’ivresse du pouvoir ne doit pas aveugler un président « démocratique » au point du déchainement de propos malveillants envers tous ceux qui ne pensent pas comme lui que nous avons entendu ce mois-ci. Le jour de la fête nationale doit toujours être une occasion pour faire la pause de toutes les chamailleries entre guinéens. Le 1e responsable du pays doit justement ce jour-là montrer qu’il est le ciment de la nation et il doit inviter et réunir toutes les institutions et les acteurs à une fête commune. Ca doit être aussi une fête dans toutes les villes et villages du pays, même si le président n’y participe que dans une seule ville.
_______________________________________
4.    Les décisions et actions « négatives » du mois : le PPAC envoie le 10  un représentant officiel à Ouagadougou pour informer le présumé-bourreau Dadis que la fête nationale sera célébrée l’année prochaine dans sa ville natale Nzérékoré – tout est acceptable pour avoir quelques voix de plus aux prochaines législatives ; marchandage de tapissiers turcs pour la hausse des salaires de la fonction publique entre le PPAC et les syndicats : 5% puis 10% puis 25% : à ce rythme, les 200% ne sont plus impossibles, il suffit de continuer à forcer jusqu’à ce que la tortue sorte de nouveau sa tête ; le PPAC ouvre un nouveau volet du changement, l’apartheid anti-nordistes du Mali : il expulse manu-militari 26 commerçants maliens sous le prétexte d’activités terroristes sans aucune preuve formelle et sans tenir compte de notre hospitalité légendaire et des accords de libre circulation entre les pays de la CEDEAO ; rien ne va plus entre les affamés des force de désordre à Conakry : les gendarmes et les bérets rouges se battent à Fria pour le partage du carburant volé à l’usine d’alumine, puis les premiers tuent un policier et les donzos (chasseurs traditionnels et milice personnelle du PPAC) se bottent entre eux dans Conakry et ensuite les gendarmes les poursuivent dans les quartiers - plus un béret rouge connu sous le charmant surnom de Dragon qui massacre un jeune étudiant qui ne voulait pas s’écarter sur un chemin étroit ; sale temps pour le nouveau code minier « révolutionnaire et unique en Afrique » : après BHP Billiton, c’est VALE qui met la clé sous le paillasson. Bientôt il ne restera que Mohamed « Palladino » Condé et ses petites start-up juniors mafieuses pour réaliser le rêve minier guinéen ; à la veille de son voyage pour la Mecque le PPAC a fait un petit cadeau (1/2 milliard de francs guinéens) à une mamaya de femmes rpgistes venues lui souhaiter bon voyage – la bagarre sur le partage de sous a mis sur la place publique le pot aux roses. Mrs/Mmes les syndicalistes de la fonction publique voila le modus opérarandi pour obtenir les sous présidentiels ; une ministre d’état à la présidence est nommée coordinatrice de la campagne législative du RPG – encore une preuve que notre Alhaji PPAC est toujours président du RPG, futur parti unique (et inique) ;
•    Pour : comme d`habitude, R.A.S.
•    Contre : je comprends maintenant une des raisons de la suppression du ministère de la fonction publique dans le dernier micro-remaniement : sans ministère le Boss pensait que tous les problèmes des travailleurs de l’état, y compris leurs « maudites » revendications salariales passaient aux oubliettes. Mauvais calcul : ces derniers ont compris que lui et son fils s’en offraient tous les mois alors pourquoi pas eux aussi ? Pour l’expulsion de nos frères maliens on se demande vraiment quelle mouche l’a piqué tant cela semble invraisemblable pour le « Mandela guinéen » : de l’apartheid anti-touaregs en République féanfiste de Guinée ? D’où vient la bourde initiale ? Comment faire pour rattraper cette boulette qui laissera des traces sanglantes pendant de longues années entre nous et les maliens qui ont la mémoire tenace sur toutes les injustices faites à leurs compatriotes et surtout la CEDEAO où la Guinée avait juré la main sur le cœur que la libre circulation entre pays membres était une règle de base. Je vois déjà les représailles à la moindre incartade des millions de guinéens qui vivent en paix fraternelle dans cette zone sous-régionale. Après l’avoir écrit il y a plusieures décennies le PPAC veut finalement le réaliser : la Guinée devient progressivement l’Albanie de l’Afrique…
•    Une Nouvelle Voie : un président guinéen conscient ne peut s’en prendre à un quelconque citoyen de notre sous-région quand on sait ce que tous ces pays ont fait pour sauver ses compatriotes qui fuyaient la répression et la misère révolutionnaire. Il y a moins de 20,000 maliens en Guinée mais plusieures centaines de milliers de guinéens au Mali. Une nouvelle voie voudrait que nous ayons un chef qui aura bien compris tous les enjeux des coopérations CEDEAO, interafricaine, mondiale et de la protection des intérêts et de la sécurité des millions de guinéens de la diaspora.
--------------------------------------------------
Mr le PPAC, je continue ce mois-ci pour vous (mais surtout pour votre successeur) la réflexion sur les qualités minimales que nous attendons de notre président de la Guinée et de tous les guinéens. De quels modèles et principes de leadership aurons-nous besoin dès qu’une nouvelle voie sera effective chez nous ? Voici mes suggestions :
- La Guinée n'a pas besoin d'un héros pour la sauver - au contraire les "hommes providentiels" capables d’apporter un vrai changement nous en avons eu cinq déjà et on voit le résultat ;  Nous avons juste besoin d'un très bon technocrate, bien formé, gestionnaire expérimenté et rigoureux d'hommes et de programmes de développement et surtout avec une vraie équipe de professionnels autour de lui. Aucun homme tout seul, même un Mandela, ne peut sauver le pays.
- Il n’est plus possible de s’attaquer à un des domaines du développement harmonieux tout seul dans le contexte actuel ; je sais de quoi je parle ayant travaillé plus de 30 ans dans le domaine de la santé, en Guinée et dans de nombreux autres pays en développement. Aucun département guinéen n'est "réparable" si tous ceux de son environnement proche et éloigné - tous les autres secteurs associés en particulier ceux chargés des finances, du social, de la communication, du travail…etc. -  demeurent intouchés et  pourris. Le traitement de tous les départements doit se faire ensemble et non à tour de rôle, D’où la certitude qu'un président sans une équipe multidisciplinaire et de qualité ne peut que nous maintenir a notre niveau actuel.
- Le respect de la Loi, des textes communs (en particulier le principal, la constitution nationale) et surtout l'exemple de tolérance zéro venant du haut (du président à tous ceux qui gèrent l'argent commun) réglera 80% des problèmes de débrouillardise insouciante et de  bassesse généralisée des fonctionnaires guinéens : Tseretse Khama au Botswana, Jerry Rawlings au Ghana, et Paul Kagamé au Rwanda  l'ont largement démontré chez eux.  Sans justice égale pour tous, sans séparation réelle des pouvoirs et sans matraquage multimédias contre l’impunité et ses conséquences pour les auteurs, tout pays, même les USA tomberait progressivement dans les mêmes travers.
- Mais plus que tout, par rapport aux contextes politique, social et économique actuels, pour ramener un environnement propre et l’ethnique indispensable au redémarrage de la machine Guinée le nouveau chef devra s’être préparé bien en avance des festivités de sa victoire afin de mettre en place dans la 1e semaine une équipe réduite pour améliorer le quotidien des guinéens et pour commencer le nettoyage à grande eau de l'administration et de l’armée. Elle devra aussi s’attaquer à la prise en charge concrète des problèmes sociaux de base indispensables à l’amélioration des conditions de vie actuelle de toutes les couches de la population meurtrie. Il doit montrer des pistes concrètes de changement et susciter l’espoir de la majorité de ses compatriotes dans les 100 premiers jours de son mandat. Pour réussir cela il doit confier ces responsabilités de réalisations urgentes à un PM qui sera un gestionnaire expérimenté et ensuite le laisser travailler avec son équipe restreinte tout en lui exigeant régulièrement des comptes sur ses progrès. Mais lui-même ne devra pas consacrer plus de 30% de son plan de travail à ces taches. En 100 jours le message à tous (guinéens, amis de la Guinée, hommes de pouvoir et d’affaires internationaux) et les 1e décisions mises en œuvre doivent être clairs : la pagaille guinéenne de plus de cinquante ans est cette fois-ci vraiment terminée.
-  Ce nouveau président sera quand à lui directement responsable et apprécié en priorité pour 2 domaines et qualités « exceptionnelles » pour un homme d’état guinéen :
1) une personne qui se définira comme et se montrera le 1e responsable de la réconciliation nationale et le 1e  défenseur des droits de l’homme en Guinée ; il devra se consacrer pour 40% de son temps à mettre en place et appuyer directement un dialogue national et un processus de Vérité, justice et Réconciliation. Il devra immédiatement montrer que l’impunité c’est fini en Guinée, avec des exemples marquants, en commençant par les criminels reconnus du 28 septembre 2009. Pour que les guinéens y croient enfin et s’il veut qu’ils recommencent à travailler ensemble la main dans la main il faut qu’il en soit le moteur et le 1e support. Il devra leur prouver son sérieux et sa détermination par exemple en nommant un ministre d’état chargé de la réconciliation et des droits de l’homme, 2e personnage de son gouvernement avec qui il devra travailler en priorité pour lui faciliter la tâche difficile mais tout à fait réalisable qui l’attendra. Il devra aussi très rapidement visiter les 5 régions de la Guinée (y compris la diaspora) pour prêcher la paix et l’esprit d’unité. Il doit pouvoir convaincre qu’une nation commune est toujours possible et indispensable même si cela comprendra de nouveaux aménagements territoriaux souhaités par la majorité de la population consultée pour cela. Le dialogue national doit servir à identifier et éliminer rapidement la pègre de civils et militaires (les 200 voleurs d’Ali Baba) qui, derrière nos 5 dictateurs, gèrent en réalité la Guinée depuis le PDG. Nous les connaissons tous, ils trainent à la présidence et dans sa basse-cour depuis 54 ans. Faisons sauter ce cancer et nous verrons alors l’élite (interne et diaspora) ressortir doucement de son trou...
2) il consacrera les 30% restants à changer notre image sur les plans national et international. Un « représentant commercial » de haut niveau, un diplomate visionnaire (politique et économique) qui fera tout pour redonner confiance à tous ceux qui rêvent mais hésitent à investir leurs sous en Guinée soit 99% des étrangers et des guinéens aujourd’hui. Si nous n’arrivons pas à pouvoir « vendre la destination Guinée » à tous ceux  qui peuvent vraiment mobiliser des financements privés extérieurs porteurs de développement, notre pays ne bougera pas. Ce ne sont pas les cacahouètes du FMI, de la Banque mondiale, de l’UE et des autres « cadeauteurs » bilatéraux qui tendent des pièces à nos mendiants gouvernementaux qui nous ferons faire un vrai pas en avant. La Guinée est bénie dans le sens que si des bases saines sur le plan des institutions, la séparation réelle des trois grands pouvoirs et si la justice dit toujours le droit sans aucune pression, les financiers privés viendront en courant car la Guinée est une véritable mine de richesses et de bonnes affaires à l’inverse de plusieurs de nos voisins qui font pourtant de grands pas en avant. Nous avons une terre riche et bien arrosée, des mines à satiété, des ressources humaines de grande qualité et formées « gratuitement » par les pays étrangers ; bientôt nous pourrions avoir facilement plusieurs ports et barrages hydro-électriques de niveau sous-régional.
- Si notre leader maitrise les enjeux du XXIe siècle et de la mondialisation le pays sera effectivement en vingt ans un nouveau petit dragon en puissance. Mais avant cela, que de travail, de rigueur, de décisions parfois impopulaires mais obligatoires, justes et justifiées régulièrement devant le peuple qui a déjà bien démontré qu’il est prêt à faire des sacrifices pour un avenir meilleur. Bref un apôtre de la paix et de la réconciliation et en même temps un expert en relations publiques internes et externes.
- Finalement pas un génie ni un « superman » mais plutôt un homme compétent, courageux, prêt à prendre des risques bien mesurés ; avec une vision à court, moyen et long terme pour son pays ; une personne qui voit la Big Picture (toute la photo panoramique de long et en large) de la Guinée de demain et qui pensera plus a ce qu'on dira de lui après sa mort qu'avant. Quels sont les candidats possibles ? En tout cas ils existent  parmi les guinéens actuels, ça j'en suis persuadé !

Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd`hui est le 680e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » - déjà 1an, 10 mois et 10 jours ! La religion exige que le pèlerin qui va à la Mecque demande pardon pour tous ses pêchés et crimes avant de partir, ensuite qu’il se « purifie » pendant son pèlerinage aux lieux saints et qu’il revienne enfin pour ne plus les recommencer. La première épreuve a été  ratée ; on attend de voir pour les deux autres mais pour une fois je suis guinéen et très pessimiste…

31 Octobre 2012
A.O.T. Diallo


NB : vous pourrez suivre chronologiquement cette série et les précédentes (depuis le début du changement en Guinée en janvier 2007) sur mon nouveau blog: https://aotdiallo.wordpress.com/


Lu 9707 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

English Galician German Italian Portuguese Spanish

EDUGRADE

Archives Washington Debats

Nos réseaux sociaux

Nos reseaux sociaux Radio Top Africa sur Facebook Radio Top Africa sur Youtube Radio Top Africa sur Twitter

AMEG-VIE

R&B Shipping
Company LLC

For all your shipping needs.
HOME PICK-UP AVAILABLE
RENE DUONAMOU
410 336 4300
ALPHA BARRY
410 258 3260

VU Magazine

TECHNOREPAIR COMPUTER REPAIR & SALES 
Pour tous vos travaux de réparation ou d’achats d’ordinateurs neufs ou d’occasion.
Computer Repair & Sales
Tel: 202-492-9348
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.technorepair.com

Nos Partenaires

ARGUIFA Chefaide Canada Partenaire a Beni en RDC SA