dimanche, 03 avril 2016 02:48

GUINEE: LE FILS DE DIALLO TELLI PUBLIE SA CHRONIQUE MENSUELLE, UNE CRITIQUE DU REGIME ALPHA CONDE: LES POINTS POSITIFS ET NEGATIFS DU MOIS DE MARS.RTA

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Une Nouvelle Voie (Mars 2016) : Eh Allah, ils ont déjà gâté notre Kaléta !

Bienvenue à mon bilan du 3e mois de la Condécratie version 2.0, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.
1.    Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « Que ceux qui veulent vendre du vent au peuple continuent, mais la réalité est là… Je crois que le passage d’Erdogan a été une très grande leçon pour les guinéens… C’est un grand observateur. Quand on quittait l’aéroport pour le centre-ville de Kaloum, il y avait beaucoup de drapeaux, des portraits, mais il regardait les maisons, parfois les ordures. Il m’a dit : Président, ces maisons là ce ne sont pas les maisons qu’il faut dans une capitale comme Conakry. Ces maisons-là, il faut les casser. Elles ne méritent pas d’être au bord de l’autoroute… (quand il a dépassé le pont 8 novembre, il a vu le quartier Coronthie) Non, Président ce n’est pas une capitale. Quand je suis venu au pouvoir il y avait des taudis, des montagnes d’ordures partout mais en quatorze années, j’ai changé tout cela…il ne s’est pas gêné pour me dire qu’il va dire bonjour au chef fanfare. D’après son constat, il a avoué qu’ils sont  mal habillés avant de leur promettre de leur apporter des vêtements… Il est allé jusqu’à me passer son portable pour qu’on soit en permanence contact…  Les Guinéens ne vont plus écouter les gens qui mentent et qui font croire qu’on peut transformer le plomb en or, non. Il faut des efforts pour changer un pays et beaucoup d’esprit de sacrifice. L’opposition pendant deux ans a mis les enfants dans la rue pour qu’on dise qu’il y a des morts. Et vous savez que l’argent a peur du bruit. Malgré ces années de pagaille dans la rue, vous voyez ce que la Guinée a fait comme progrès (le 03, lors d’une conférence de presse avec le Président de Turquie) ; « Je vous ai dit que quand je venais au pouvoir, la Guinée se trouvait dans un trou. On a souffert pendant trois ans, nous étions endettés jusqu’au cou, le CNDD (la junte militaire) en dix 10 mois de gestion a sorti plus d’argent à la Banque centrale que de l’indépendance à la mort du général Lansana Conté en 2008. Pire, les militaires ont fabriqué des billets non sécurisés en 2010, les billets de 10 000 GNF n'avaient aucune sécurité... Pendant que nous étions prêts à avancer, c'est-à-dire à améliorer les conditions des vies des populations c’est en ce moment qu’Ebola aussi s’est invité en Guinée. Donc en cinq ans, ils ont mis des enfants dans les rues durant deux ans, Ebola aussi a fait deux ans donc, nous n’avons fait qu’une seule année …Nous avons été opposants pendant 30 ans, jamais un seul jour nous avons cassé un véhicule et jamais on a jeté des cailloux…Vous (les militants) venez de prouver à ceux qui pensent que le RPG est tombé à terre qu’il est plus debout aujourd’hui qu’hier. Mais pourquoi ces choses arrivent dans le parti ? Malheureusement ceux sont des cadres du RPG qui ne vous donnent pas l’information. C’est pourquoi, les militants ne sont pas informés sur ce qui passe dans le pays tout comme aussi à l’extérieur…Beaucoup d’entre nous ne sont pas allés à l’école donc il est facile de nous tromper…Il y a des gens qui sont venus semer la pagaille ici, nous savons bien qu’ils ne sont pas des militants du RPG mais, nous avons commencé des enquêtes. Tous ceux qui ont semé la pagaille ici, la grande majorité parmi eux ne sont pas du RPG. C’est nous qui leur avons donné cette occasion. Je suis convaincu que le RPG va sortir beaucoup plus fort aujourd’hui qu’hier s’il plait à Dieu » (le 05, au conseil hebdomadaire des ministres et mamayeurs du RPCé) ; « Depuis deux ans c’est la première fois que nous nous réunissons sans avoir la peur d’attraper l’Ebola… Alors aujourd’hui je vais parler parce que j’en ai marre des mensonges et de la manipulation. C’est vrai que les conditions en Guinée sont difficiles. Elles sont plus difficiles pour les femmes. Quand je suis venu en tant qu’opposant la grande griotte de Kissidougou chantait que les femmes de Guinée souffraient. Ceux qui ont pillé ce pays, qui l’ont mis en retard, ils pensent que les Guinéens boivent par le nez. Non, vous ne buvez pas par votre nez… Quand je suis venu je vous ai dit que j’ai trouvé la Guinée dans un trou. Mais qui a mis ce pays dans ce trou ? Ceux qui parlent aujourd’hui alors qu’on sait comment ils ont géré. Quand je suis arrivé on était endetté. Ils ont été incapables d’avoir le PPTE (pays pauvres très endettés)… J’ai promis le changement et la Guinée a commencé à changer. Qu’est-ce qu’ils ont fait pendant que nous sommes en train de travailler ? Ils ont mis les enfants dans la rue pour casser les voitures, pour casser les maisons parce qu’ils savent que l’argent haït le bruit pour que les investisseurs ne viennent pas… En 2013, la Guinée avait commencé son envol. Malheureusement en 2014 Ebola est venu. Un pays c’est comme une personne. Quand un pays est malade c’est comme une personne malade. On sait tous qu’un malade va se coucher à l’hôpital. En deux ans tous les investisseurs sont partis. Mais on n’est pas mort, on est debout » (le 08, lors de la fête-mamaya des femmes) ;  « J’ai eu l’occasion de rencontrer plusieurs fois le président Kagamé. La dernière fois, j’ai même eu le plaisir d’assister  à la soirée culturelle organisée par la diaspora du Rwanda à Davos. Cela m’a offert l’opportunité d’apprécier les grands hommes ainsi que les belles femmes de ce pays… Des personnes m’ont dit « Vous vous ressemblez avec le président Kagamé et vous avez la même vision. Il serait bon d’établir des relations avec lui »… Je n’ai aucune gène de reconnaître que le Rwanda est mieux géré que la Guinée… Je respecte beaucoup le président Kagamé, je l’admire pour ce qu’il a fait pour le peuple rwandais. J’espère que je pourrais faire la même chose pour la Guinée. Nos deux pays regorgent de richesses (?) et nous voulons les mettre ensemble pour renforcer nos relations … (j’ai) hérité un pays qui a souffert des régimes de dictature et de mauvaise gestion, mon Haut Représentant ne me dira pas le contraire » (le 09, lors d’une conférence de presse avec Paul Kagamé) ;
•    Pour :   happy Birth-Day Mister President Aladji PPAC, le 04 il a eu un an de plus (ça c’est sur) mais pour le nombre d’année c’est dans la fourchette 78-82 ans. Il les porte bien physiquement à part la claudication de plus en plus marquée mais attention, dans les discours certains signes sont de plus en plus évidents : les répétitions sont légions avec les mêmes allusions méprisantes depuis 5 ans. On dirait le même disque dans des circonstances aussi diverses qu’une conférence de presse avec un Président étranger, la mamaya hebdomadaire de son parti et une fête des femmes du style révolutionnaire des années 1960. Ce doit être les signes précurseurs de quelque chose, tout ça.
•    Contre : sacré boss : Erdogan lui lance « vraiment ta fanfare est en haillons. Comme tu ne peux même pas faire cela je vais leur envoyer des tenues convenables pour leur travail ». Et notre chef d’analyser pour nous : « quel visionnaire, quel génie, vraiment merci et revenez souvent » ! Si seulement son Haut-Rep pouvait lui expliquer qu’Erdogan n’aurait jamais pu situer notre pays sur la carte avant cette mission économique et que dans l’avion il a juste parcouru les fiches techniques sous forme de « talking points » élaborées par son ambassadeur aigri d’être ici car il doit se considérer en punition pour avoir été balancé à ce poste. Un de nos compatriotes avisés de Washington D.C. (Abou Condé) a conclu ironiquement « Heureusement que l’hôte de marque du Président de la République ne soit pas venu visiter les bureaux de poste, les centres de santé publique, le siège de l’Assemblée nationale, les blocs d’habitation des professeurs à Donka, et les campus des universités publiques Gamal Abdel Nasser… et j’en passe ». S’il avait visité tous ces hauts-lieux des chantiers réussis du Sanseman du PPAC-bâtisseur il ne serait plus jamais revenu en Afrique, Walahi ! Une petite parenthèse pour un autre courtisan zélé qui s’est essayé brillamment le 08 à la traduction dans une de nos langues nationales des pensées philosophiques du PPAC. Comme bien décrit par un de ses collègues « Quand le président hausse le ton, lui aussi hausse le ton dans la traduction ». Et le tout fier ministron de répliquer : « Tout ça, c’est la traduction ».
------------------------------------------------------
2.    Les décisions et actions « positives » du mois : le 03, les six militaires emprisonnés depuis juillet 2011 pour désertion et non respect de consigne lors de l’auto-attentat présidentiel sont libérés par le tribunal militaire. Ils ont tous été condamnés à la peine passée en prison (55 mois) alors que la peine maximale selon la loi était de 24 mois ! ; le 16, le FMI aux termes de la 7ème et 8ème revue du programme de facilité élargie de crédit (FEC) a déclaré l’admission de la Guinée et le décaissement d’un montant de  25,6 millions de dollars.
•    Pour : je suis bien heureux pour les familles angoissées de nos militaires libérées. Le mateur maté Thiam et le bibendum Bondabon vont enfin pouvoir rentrer en famille pour se retaper un peu avant de retourner au tribunal et en surement en tôle pour leurs vrais crimes (y compris de sang) sur des innocents civils entre 2007 et 2011. Eh oui, papa bon Dieu fait parfois payer cash aux méchants  En attendant traitez-les bien surtout et retapez-les bien pour nous.
•    Contre : quant au verdict du tribunal qui condamne nos treillis à près de 5 ans de prison pour des délits punis par la loi d’un maximum de 2 ans, c’est tout simplement du « made in Guinea » et honteux. J’espère qu’ils traineront l’Etat devant la cour de justice de la CEDEAO même si cela ne servira pas à grand-chose de plus. La formulation diplomatique du FMI sur le pourquoi du pardon est un chef-d’œuvre dans ce domaine : « En achevant la revue, le Conseil d’administration a approuvé la demande de dérogations présentée par les autorités pour la non observation du critère de réalisation à fin 2014 relatif aux réserves internationales nettes de la Banque Centrale de la République de Guinée (BCRG) et des critères de réalisation à fin 2015 relatifs au solde budgétaire de base de l’État, aux avoirs intérieurs nets et aux réserves internationales nettes de la BCRG et au financement bancaire intérieur net de l’État. Le Conseil d’administration a également approuvé la demande de dérogations pour la non observance des critères de réalisation relatifs aux nouvelles dettes extérieures non concessionnelles à moyen et à long terme contractées ou garanties par l’État ou la BCRG, et à l’introduction ou à la modification de pratiques de changes multiples… Des données inexactes sur la dette extérieure non concessionnelle du secteur public ont donné lieu à un décaissement non conforme. Étant donné les mesures correctives qui ont été prises par les autorités, ainsi que les mesures prévues pour renforcer la gestion de la dette, les administrateurs ont décidé d’accorder une dérogation pour l’inobservation du critère de réalisation qui a donné lieu au décaissement non conforme ». Traduit en français-facile ça veut dire : « Bon on a accepte la reconnaissance de vos détournements financiers (ils appellent cela demandes de dérogations – sans permission) et vos plates excuses devant tous les partenaires financiers (N-U, UE, Bilatéraux), on vous pardonne pour cette fois et on vous donne la moitié de la somme prévue juste pour vous éviter de retourner encore plus honteux chez vous et surtout de déposer le bilan de votre gouvernance dans les semaines qui suivent. Mais attention, on revient bientôt pour voir et surtout n’oubliez pas on vous suit avec nos jumelles. Votre doigt est dans notre bouche et au prochain dérapage nous n’hésiterons pas à le croquer ». Vraiment la fine et sibylline diplomatie professionnelle des organisations internationales m’amusera toujours.
------------------------------------------------------
3.    Les décisions et actions « négatives » du mois : le 02, nous apprenons de source judiciaire que l’Etat guinéen doit comparaitre en avril 2016 devant la Cour de justice de la CEDEAO pour expropriation foncière, arrestation et détention illégale et violations des droits de l’homme contre les communautés de la localité de Zaoro, village relevant de la préfecture de Yomou. Puisque notre justice est malade pourquoi pas essayer celle de la sous-région ? ;  le 07, nous découvrons une nouvelle particularité de notre nouveau jeune gouvernement numérique : le ministre de la justice est en même temps le garde des sots, le procureur général et le juge principal du pays. Parlant d’un député de l’opposition qui a dénoncé une bavure judiciaire qui a fait rigoler la Guinée entière il balance dans un courrier officiel à la presse « OGD (un député) a été condamné à 18 mois de prison avec sursis pour violence caractérisée sur la personne d'un citoyen. Cette peine avec sursis pend sur sa tête et en cas de récidive monsieur le député n'échappera pas à une peine de prison ferme, le tribunal de première instance de Mafanco ayant été assez clément à son égard. Pour les faits de même nature (flagrant délit et hors session parlementaire) monsieur le député aurait écopé d'une peine ferme dans n'importe quel État de la sous-région ». Il a juste oublié de rajouter « et si le juge ne le fait pas je le fous la-dans lui aussi ». Voilà un bel exemple des diaspos importés, bardés de diplômes boostés à outrance, qui parlent « comme des blancs » et qui prennent lentement le contrôle de la mafia militaro-civile qui gère ce pays. Entre un député qui dénonce pour nous les Guinéens d’en-bas, comme il le doit selon sa fonction d’élu du peuple, une violation flagrante de la Loi et un ministre qui refuse de la respecter en nous montrant ses biens personnels quand il débarquait de Paname, qui est le délinquant flagrant et repris de justice potentiel d’après vous ? ; Le 08, le roi Kagamé Ier vient rendre visite à son petit frère (en crimes) pour quelques heures de conseils avisés. J’espère qu’il n’a amené dans ses bagages que le lobe gauche de son cerveau (homme du développement, de l’émergence et de la propreté des villes) et que son lobe droit (champion de la pensée unique, des violations des DHH et Président à vie et même après) est resté à Dakar où se tient un sommet sur la technologie en Afrique, la principale raison de son séjour dans notre voisinage ; le 09, le PPAC organise un programme costaud pour faire découvrir notre capitale et impressionner notre dictateur-visiteur : le port personnel et le parc d’attraction (Bluezone) du frère présidentiel de 30 ans, Vincent Bolloré. Avec ça il en a eu plein la vue sur les réalisations grandioses des 5 premières années du Sanseman et sur les efforts qu’il devra fournir pour ramener Kigali dans la même division que Cona-cris ; le 14, le PPAC enfonce un nouveau poignard dans le cœur des millions de victimes conscientes et inconscientes de Guinée : il nomme un de nos Généraux-express (passé du grade de lieutenant à celui de général en TGV et avec pour seul exploit militaire d’être présumé coupable par la justice internationale d’avoir fait violer, tuer et dissimuler dans des fosses communes les corps de centaines de pauvres civils désarmés) au poste tant convoité de gouverneur de la ville de Conakry, notre capitale-poubelle. Et pourtant le 08 il traitait dans un discours officiel lui et sa bande de coquins du CNDD dont il était l’un des piliers, de crimes économiques les plus graves du pays pour avoir détourné dans le pot de confiture public plus de fric en 2 ans que tous les autres pilleurs du pays (y compris lui-même) lors des autres 56 ans de notre calvaire interminable d’indépendants !  Après cela la CPI et les organisations nationales et internationales des DHH vont se plaindre de nouveau suite à cette nouvelle preuve que le jugement du massacre du 28 septembre 2009 n’aura jamais lieu en Guinée. D’ailleurs dans une déclaration quelques jours après elles nous rappellent que le 02 mars 2015 un brave gradé de la gendarmerie nationale, M. Blaise Gomou, également inculpé dans le dossier du 28 septembre en raison de sa participation au sommet des opérations de maintien de l’ordre le jour du massacre avait été nommé au poste de magistrat militaire ! ; le 17, nous apprenons que « petit piment », notre jeune ministre numérique des finances a décroché en fin février un direct aller-retour retentissant au visage du  Napoléon de notre Assemblée nationale. Elle le convoque pour justifier la disparition de la part du budget qui lui a été alloué pour rembourser les carrosses honorabilisés. Elle déjoue du coup une probable tentative de système-D (débrouillage) avec double paiement du fournisseur en complicité avec des cadres véreux de la chaîne financière. J’apprends en même temps que nos élus remboursent en fait les 50% de ces véhicules personnels en 5 ans sur leur prime de carburant, donc sur nos sous communs. Wow, sortez les calculettes pour déduire la dotation mensuelle en carburant de nos dépités. Et la défense du principal incriminé, un mamayeur RPCiste bien sur, était tellement risible sur les radios et sites de presse privés que les journalistes ont coupé court à toute explication et justification farfelues supplémentaires. Et oui, chez nous il y en a qui pensent toujours que plus le mensonge est gros et le flou artistique épais, plus il y a des chances qu’il devienne la vérité d’Etat ; le 17, un homme avec un « accent mauritanien » (?) qui se vante d’être terroriste (!) a proféré de graves menaces sur la Guinée en l’occurrence sa capitale et ses plages dans une conversation téléphonique qui s’est terminée par un enregistrement sur messagerie. L’homme aurait clairement cité la RTG (la radio-télé présidentielle) comme étant l’une des cibles privilégiées d’un projet d’attentat imminent. La veille un de ses « complices avec le même accent avait été arrêté par nos sévices de renseignements et était en interrogatoire à la guinéenne, le pauvre. Puis on annonce un autre jeté au gnouf à Kindia. Sale temps pour les « étrangers rougeaux » chez nous-pays. Que tout ceci soit vrai ou de la pure intox de caniveau, après la dèche, les désespoirs PPTE-Kaléta et la rage en sourdine c’est la peur de perdre leurs vies et toutes leurs misères qui vont hanter les pauvres Guinéens d’en-bas ; le 17, nous disons « Guinée is back » to Ebola-business. Bilan de lancement des affaires : 6 cas confirmés  dans les préfectures de Nzérékoré et Macenta, 5 décès dont 3 probables (donc sans tests préalables) et des fonctionneurs heureux. En fin de mois la progression est lente mais stable : 9 cas dont 7 morts. Les « pitié, pardon, au secours » vont reprendre lentement aussi avec pour objectifs intermédiaires des Toyota Land-cruiser et Hilux, des perdiems et du carburant fisa-fisa. Le 2e spectacle géant pour fêter la nouvelle éradication (dans X jours) sera animé si possible par Jay-Z et Beyonce puisque le vieux Youssouf N’dour n’avait pas cassé la baraque avec les Conakrykas il y a quelques mois. Gifle suprême, le Liberia ferme immédiatement ses frontières avec notre pays pendant 72 heures pour bien se préparer à ne pas subir une 2e fois notre anti-gouvernance et le Mali interdit à tout malade guinéen (soit 80% de la population) de traverser la frontière. Quant au Sénégal il la joue avec finesse et diplomatie cette fois-ci mais il fait exactement la même chose à ses frontières. La riposte du boss sera impitoyable : il va leur supprimer nos pommes de terre et fruits de saison dans leurs menus journaliers et ils vont en souffrir à mort. Le cerclage de la zone initiale, soit en fait la quarantaine de toute la population du village pour éviter tout essaimage ailleurs, démarre le 24 soit seulement une semaine après la découverte du cas 0, permettant ainsi la contamination de la 2e préfecture (Macenta) et en conséquence des bénéfices plus substantiels pour nos lutteurs affamés ; le 17, nous apprenons que selon le dernier sondage annuel de l’Institut Fraser auprès des sociétés minières, l’environnement minier africain s’est légèrement amélioré au cours de l’année 2015 avec notamment une hausse de l’attractivité en ce qui concerne l’investissement étranger. Pour ce qui est de l’attractivité globale, en prenant en compte le potentiel minier, le Maroc devient le pays africain le mieux classé (24e mondial) suivi du Burkina-Faso (29e) et du  Ghana (31e). La Guinée (103e) est quant à elle comme d’hab. en queue parmi 109 pays évalués. Mais nous écrasons largement le Niger et le Zimbabwe ; le 18, le PPAC décrète 2 nouveaux ministres à la présidence. Si on lui demandait je suis sur qu’il ne pourra pas dire combien ils sont au total – et il nous dit de serrer la ceinture en même temps. Ils doivent bien se marrer de nous dans les ambassades étrangères et organisations multi-bilatérales ; le 18, le boss décolle de nouveau dans son siège spécial sur Air France (les temps sont durs, même pour lui - un peu) pour l’Arabie Saoudite. Personne ne sait pourquoi il y va mais tout le monde pense que c’est pour un petit pèlerinage expresse pour conjurer tous ses casse-têtes actuels ; le 19, un des hauts militants du RPCé, qui plus est le chargé de la jeunesse balance au conseil des ministres du parti « « Il faut toujours dénoncer les personnes suspectes, les personnes étrangères, il ne s’agit pas seulement des blancs, même des noirs peuvent l’être. Même si c’est ton fils, si tu vois des choses inhabituelles il faut en parler. Il faut qu’on revienne à l’époque du PDG-RDA où on présentait nos étrangers aux chefs des quartiers ». Et oui, le « back to 1984 » est ancré même dans les chromosomes des descendants de miliciens ; le 22, nous avons fêté dans l’allégresse la version locale de la journée mondiale de l’eau que l’on appelle ici la « journée nationale habituelle sans eau ». Ce fut un succès époustouflant et une preuve supplémentaires que nous sommes effectivement le château d’eau de l’Afrique sans tuyaux ni robinets ; le 24, nous découvrons avec plaisir que la Cour de Justice de la CEDEAO, après trois ans d'examen d’une plainte guinéenne, a condamné la République de Guinée au paiement des dommages et intérêts consécutifs aux abus de droits infligés à deux agents de la société minière israélienne BSGR, notamment Ibrahima Sory Touré et Issiaga Bangoura, pour sévices pendant leur détention illégale de 6 mois au Sanseman-Palace. Après une description minutieuse des principales pourritures de notre justice - y compris la mise en taule d’une épouse de l’un des accusés dans une cellule remplie uniquement d’hommes pendant 3 jours et sans lui permettre d’allaiter son nouveau-né – elle condamne la RBG (République Bananière de Guinée) à payer trente millions de Francs CFA à Ibrahima Sory Touré et 15 millions de F CFA à Issiaga Bangoura pour toutes causes de préjudices confondus. Mon ami Gandhi nous dit cela depuis 2010 : si notre justice est malade alors il faut aller se faire soigner là où elle l’est un peu moins, comme celle de la CEDEAO ; le 24, les ministres de la sécurité de la Côte d'Ivoire, du Burkina Faso, du Mali et du Sénégal se sont réunis en urgence et ont décidé de renforcer la coopération entre leurs services de renseignements et de réponses face à la menace djihadiste qui pèse en Afrique de l'Ouest. Pas de RBG dans les parages - nous on manage ce problème tout seul, comme des grands – on a besoin de personne.
•    Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
•    Contre : pour le prochain procès de la PP-gouvernance devant la cour de justice de la CEDEAO je n’ai pas trop d’espoir quand même parce que récemment elle a voulu imposer au pouvoir le général putschiste Diendere et a absous ensuite Compaoré de toute justice des hommes intègres Burkinabés. Bientôt mêmes nos voleurs devront être trainés devant la CPI à La Haye pour espérer un peu de justice pour le peuple d’en-bas. Vraiment nous sommes uniques au monde : ce Gomou, un présumé assassin inculpé par le pool de magistrats de l'Etat pour responsable de meurtres, de vols de cadavres et de viols en plein jour est nommé au poste de magistrat militaire ! Mais que peut-on donc espérer allant dans le sens d'une réconciliation et d'une embellie sociale quelconque dans ce pays fou ?? Ainsi notre ministre-procureur-juge du sanseman, maitre Sacko en prend plein la tronche dans ses fausses promesses et fanfaronnades de tenir ce procès avant la fin de l’année 2016. Notre nouveau gouverneur également inculpé par le pool de juges d’instructions sur les massacres et viols de 2009 pourra réussir au moins sur un volet des charges qui pèsent sur lui : le nettoyage complet du stade de 28 septembre pour bien effacer toute trace possible de ses exploits et ceux de ses complices ; Le pays s’enfonce, les Guinéens d’en-bas trinquent et font pitié. Voila, ils ont cassé le nouveau joujou du PPAC, le barrage Kaléta. C’est qui « ils » ? Mais vous aussi, ce sont les anciens PM, l’opposition scélérate, les fonctionneurs menteurs et voleurs, les espions frondeurs du RPCé, l’impérialisme de Sodome (surtout le Mossad, la CIA, les services secrets écossais et irlandais…etc.). Vraiment pour vite dissimuler ce nouvel échec (on le surnomme déjà Garafiri II) il ne restera plus pour nous la fermer temporairement que le 3e barrage Souapiti, vite-vite comme les précédents et dont la carcasse vide sera prête avant octobre 2020. D’ailleurs pour aller plus vite et montrer son zèle de 1e catégorie il semblerait que le ministre responsable voudrait déjà commencer à placer des pilonnes de transport d’électricité dans les champs, avant même d’avoir vu la maquette-photo du chef d’œuvre promis. Sanseman Oyé – O Yeh !
--------------------------------------------------
4.    Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : forum national sur la rénovation des textes fondateurs de l’administration et de la fonction publique notamment les lois L 028 et L 029 ; table-ronde du secteur urbain de l’eau potable en Guinée ; séminaire de formation sur la gestion logistique (encore payant !) ; formation de leaders communautaires de la Guinée Forestière sur la lutte contre la circulation et la détention illégale des armes légères ; formation de journalistes sur la question migratoire ; programme de formation en techniques de recherche de l’emploi ; formation des agents de la sécurité routière ; atelier de capitalisation des acquis de l’armée dans la lutte contre Ebola ; forum national sur les droits des communautés dans le secteur minier ; formation de journalistes en anglais par l’ambassade de Malaisie (!) ; atelier national de vulgarisation du guide opérationnel de la commission sous-régionale des pêches ; formations initiales du personnel des micro-PME dirigées par les femmes ; cinquième session de la plateforme de consultation entre les OSC et les acteurs de la reforme de l'état ; atelier sur le suivi biologique monoculaire des malades du Sida dans les structures de santé ; 7ème session du comité de pilotage PNAAFA (programme national d’appui aux acteurs des filières agricoles) ;
•    Pour : le séminaire-bizness (15) semble prendre la même direction que le courant de notre barrage Kaléta, le barrage-un-coût-chaos. Bravo pour la formation des agents de la sécurité routière. Hélas les organisateurs ont procédé à une évaluation pré-atelier sur les connaissances et pratiques de ces agents, puis ils ont pleuré à chaudes larmes et annulé la formation, Walahi !
•    Contre : table-ronde du secteur de l’eau potable dans une capitale sans eau ? J’ai essayé d’aller y faire un tour mais l’accès de la salle était plus contrôlé qu’à l’hôtel Radisson de Bamako – qui est fou, ils devaient surement y visionner un film de science-fiction sur notre pays. 
---------------------------------------------------------
5.    Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :

Mr le père du « le sanseman ou la mort – nous perdrons »,  l’un des tycoons les plus appréciés de la génération consciente et du monde des affaires africaines, le nigérian Tony Elumulu vous a adressé un message direct à partir du Congrès américain récemment : l’Afrique n’a pas besoin d’un autre  accord commercial ou d’un programme préférentiel et a fait un appel pour la mise en place d’un nouveau paradigme dans les relations commerciales et d’investissement avec l’Afrique. C’est le moment d’évoluer  au-delà des échanges déséquilibrés des matières premières bon marché pour des produits finis chers qui défavorisent  l’Afrique, vers des échanges  qui assurent le transfert de technologies et le développement économique durable,  générant des retours économiques énormes pour des investisseurs et créant de nouveaux emplois pour les deux parties. L’Africapitalisme (à rajouter immédiatement dans tous les manuels de séminaires et dictionnaires sur la gestion africaine) peut aider à former le nouveau paradigme commercial parce que les gouvernements, les donateurs et le secteur privé travaillent ensemble avec ‘un objectif commun’  dans le but d’assurer la création des programmes nationaux et des politiques de soutien dans les secteurs spécifiques avec des objectifs liés afin que le secteur privé puisse intervenir avec le capital et le savoir-faire nécessaire à  la réalisation de ces objectifs, que ce soit à travers la production de tonnes de céréales, de mégawatts d’électricité produits ou de parcs industriels crées ». Ecoutez-le et faites cela à 100%, yandi ! Car voici un africain-nouveau qui a bien compris comment ne plus rester l’éternel quémandeur, dernier de classe continentale. Je vous jure, si vous n’appliquez pas cela à 100% d’ici décembre 2020 je ne voterais pas pour le Prince Mohamed Bin PPAC de l’Emirat du palais de Satanya comme digne successeur de mes bourreaux depuis plus de 60 ans. D’ailleurs mieux, je vais devenir le chef de la campagne « Tony for Président of Guinea » dès 2018, promis. De toutes les façons mon calendrier professionnel et social est vide pour cette période donc j’aurais beaucoup de temps libre pour monter mon « 1 gros coût-KO ». En tout cas pour assainir notre gabegie ambiante et pouvoir nous demander de serrer plus la ceinture il y a des conditions préalables : réduire le nombre de ministres du gouvernement à 20 maximum ; réduire le nombre de ministres de la présidence à 5 ; revendre toutes les 4x4 rutilantes de touts les nababs des institutions ; réduire les voyages touristiques du boss, le train de vie et les avantages inouïs de ses « petits » de la cour ; mettre toutes les institutions dans un seul bâtiment avec un étage pour chacune, supprimer les primes de carburant de tous nos haut-perchés, qu’ils achètent comme tout le monde sur leurs salaires hypertrophiés…etc. Après cela on pourra discuter de nos petits efforts complémentaires pour juguler notre foutoir financier incontrôlé et volontaire.
Un de mes grands frères éclairés (Doumba) écrivait ce mois-ci «  Les régimes oppresseurs, les groupes ou clans qui détiennent le pouvoir affirment que Dieu le leur a accordé ».
1- Voila ce que les guides de la Nation, les sages et érudits religieux bassinent à nos parents incrédules, désespérés, matés ou incultes pendant toute la journée pour être dans les bonnes grâces de la mafia.
2- Voila ce que les clans au pouvoir n'oublient jamais de rappeler à leurs militants découragés pour maintenir la flamme de leur misère joyeuse.
3- Voila ce que le guinéen d'en-bas se répète dans son lit la nuit après avoir couché ses enfants sous-alimentés et en osant à peine regarder leur(s) mère(s), de honte.
4- Voila pourquoi la solution au drame guinéen est a mon avis bien comprise de tout le monde ici mais qu'aucune réponse réelle et efficace contre la cause profonde n'a jamais été mise en œuvre.
Maintenant je souris et n’écrit plus rien quand je lis les analyses et propositions d’actions correctives de nos jeunes cadres dynamiques et bien formés qui proposent des analyses et solutions pertinentes, cartésiennes et logiques pour nettoyer notre pays, sans savoir que notre bourbier actuel est entièrement imperméable a toutes leurs rêveries de diaspos.
Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 100e jour du « nouveau changement radical » et de l’ancien « Guinea is back » devenu en 2016 « Guinea is really in back » ; déjà 3 mois et 10 jours – déjà le bilan des 100 premiers jours et la fin de la période de grâce ! Je ne pense pas que la crédibilité du peuple d'en-bas et des observateurs extérieurs dans nos politiciens actuels puisse revenir comme en 2010 sans des actes forts et en particulier des fusions de ces partis en majorité ethniques pour « casser » les modus operandi actuels.  C'est aussi l'unique manière d'obliger les particules à rejoindre les nouveaux ensembles ou disparaitre.
Finalement tant qu'a la tête de la Guinée nous n'aurons pas un homme ou une femme qui sera l'exemple de la probité, de la rigueur et de l’étique, les guinéens ne changeront jamais. Mais ce jour-là les guinéens changeront à vitesse exponentielle j'en suis persuadé car les petites magouilles qui gèrent actuellement notre pays sont tellement « basiques et minables » que c'est une preuve qu'il est mené par des petits voleurs et menteurs peureux qui ramperont dès qu'ils auront reçu un coup de marteau sur la tête. Le jour où il y aura des gens qui veulent faire du sérieux pour changer ce pays cela se verra très vite et c'est alors que ça vaudra la peine de leur donner un coup de main, sinon c'est juste « plonger dans le caniveau » avec eux...
NB : pour terminer ce mois-ci je voudrais dire bon repos à un de mes modèles et doyens préférés, le Professeur Ansoumane Doré. Professeur c’est pas professeur Dèh ! Une grande bibliothèque guinéenne vient de bruler et nous sommes envahis par de petites gargotes de semi-lettrés qui nous marchent dessus tous les jours – pauvre Guinée sans porte de sortie de la médiocrité, de l’hypocrisie et du Sanseman !

31 Mars 2016
A.O.T. Diallo

NB : vous pourrez suivre chronologiquement cette série et les précédentes (depuis le début du changement en Guinée en janvier 2007) sur mon nouveau blog: https://aotdiallo.wordpress.com/

Lu 564 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

English Galician German Italian Portuguese Spanish

EDUGRADE

Archives Washington Debats

Nos réseaux sociaux

Nos reseaux sociaux Radio Top Africa sur Facebook Radio Top Africa sur Youtube Radio Top Africa sur Twitter

AMEG-VIE

R&B Shipping
Company LLC

For all your shipping needs.
HOME PICK-UP AVAILABLE
RENE DUONAMOU
410 336 4300
ALPHA BARRY
410 258 3260

VU Magazine

TECHNOREPAIR COMPUTER REPAIR & SALES 
Pour tous vos travaux de réparation ou d’achats d’ordinateurs neufs ou d’occasion.
Computer Repair & Sales
Tel: 202-492-9348
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.technorepair.com

Nos Partenaires

ARGUIFA Chefaide Canada Partenaire a Beni en RDC SA