vendredi, 01 mai 2015 22:32

GUINEE: Une Nouvelle Voie (Avril 2015) : Le PPAC dit qu’il ne va pas « frauder » pour les prochaines élections – poisson d’Avril !

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Une Nouvelle Voie (Avril 2015) :  Le PPAC dit qu’il ne va pas « frauder » pour les prochaines élections – poisson d’Avril !
Bienvenue à mon bilan du 4e mois de l’An 05 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.
1.    Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : «Ce n’est pas vrai. L’armée est casernée. La gendarmerie et la police n’ont que des armes non-létales, du gaz lacrymogènes… Des civils tirent sur les gendarmes avec des fusils de chasse… Je ne sais pas d’où viennent ces informations. Il n’y a pas un seul mort dans les hôpitaux. Nous faisons du maintien de l’ordre civilisé…Il est impossible de tenir les élections locales avant 2016 …Pendant tout le temps que j’ai été opposant, jamais on a blessé un policier, jamais on a cassé le bien de quelqu’un. Lorsqu’on manifestait il y avait un service de maintien d’ordre, si tu sortais du rang on te ramenait à l’ordre… (pour le 3e échec de son programme anti-Ebola)  C’est compliqué. La Guinée est d’abord trois fois plus peuplée que les autres pays. La France a mis des moyens pour aider la Guinée mais le Liberia ou la Sierra Leone ont eu les Etats-Unis, l’Angleterre et tout le Commonwealth. Nous n’avons reçu que 10 % des montants reçus par nos voisins. C’est maintenant seulement qu’on prend conscience qu’il faut donner plus de moyens à la Guinée. Nous allons en finir avant la saison des pluies. Si nous arrivons à résoudre le problème de Forécariah nous résoudrons les autres communes… (devant ses fanas locaux) Avant ma prestation de serment j’ai demandé au FMI de me faire l’état des lieux sur l’économie guinéenne. Quand on m’a présenté l’état des lieux, honnêtement j’ai regretté d’avoir été élu. Parce que quand j’ai vu ce qu’était la Guinée, j’ai dis hé mon Dieu ! » (les 16 et 17, devant la presse américaine et les condérates à Washington) ; « La constitution guinéenne impose que les élections aient lieu à une date précise, sinon il n’y a plus de pouvoir…Nous nous sommes mis d’accord avec l’opposition sur le choix d’un opérateur par appel notamment mais il n’y a jamais eu de discussion sur les locales… On voudrait que je fasse de mon pays la Suède en quatre ans mais comment voulez-vous qu’un policier ou un gendarme qui a été habitué pendant vingt ans à taper change comme cela ? Il peut y avoir des bavures mais je fais tout pour qu’ils sortent sans fusil et qu’ils aient des grenades lacrymogènes… Je dis souvent aux Européens que l’Afrique est proche et qu’ils doivent accepter de relocaliser des entreprises qui emploient beaucoup de main-d’œuvre sur notre continent. Cela permettra de ravitailler l’Europe à un prix inférieur que depuis l’Asie et de lutter contre l’immigration clandestine... Je me bats actuellement pour que les forces de l’ordre soient protégées car l’objectif des manifestants est de les pousser à réagir… J’ai dit une fois à l’ambassadeur d’Allemagne qu’avec tous les progrès que nous avons faits il est anormal que l’on nous ramène toujours à notre passé. Il m’a répondu : vous n’êtes pas seul, nous avec les Grecs ou les Turcs dès que ça chauffe ils nous traitent de Nazi… (sur Ebola) La France fera de son mieux. Elle nous a toujours accompagnés en nous donnant de l’argent frais…. Malgré toute mon insistance, la frontière avec la Sierra Leone n’a pas été renforcée comme cela avait été fait avec le Liberia. Quand j’ai voulu le faire, on a dit que je faisais du micro-management parce que je suivais tous les jours cette guerre. Que je sache, quand il y a une guerre, il faut un chef d’état-major…Je ne connais pas les cadres guinéens, c’est mon frère Malik [Condé] qui pouvait me dire qui est qui. Mais, malheureusement, Malik est mort quatre jours avant mon investiture donc je suis devenu comme aveugle parce que si Malik était là, la moitié des ministres qui sont là ne seraient pas ministres  » (le 22, à Paris sur RFI set le 23 sur LeMonde.fr suite à une rencontre avec tonton Hollande) ; « Je suis fier du peuple de Guinée de s’être mobilisé dans la discipline et dans l’ordre pour montrer que le VRAI PEUPLE de Guinée ne peut pas se laisser manipuler » (le 24, à son retour de vacances aux USA et en France).
•    Pour : nous aurons bientôt un nouveau programme national contre Ebola - son nom sera « Ebola Pitié ! » et son deadline est « avant la saison des pluies » en priant qu’El-Nino la repousse le plus loin possible, comme pour les élections communales.
•    Contre : l’interview sur la Voix de l’Amérique à Washington restera dans les anales historiques guinéennes comme une preuve définitive de la platitude et de la non maitrise du français du le 1e guinéen « professeur de droit à la Sorbonne ». Nul doute que les presses nationale et internationale vont la ressortir après son départ pour rappeler son incapacité à gérer une nation moderne. Lansana Conté avait l’excuse d’avoir le niveau d’un élève du certificat d’études. Notre PPAC vit sur son nuage de vieux Féanfiste en pensant qu’il peut raconter des salades aux presses américaine et française qui pourtant savent mieux que lui ce qui se passe en Guinée. Sur les vidéos des marches personne n’a vu un militant avec un fusil de chasse - son RTG présidentielle n’aurait jamais raté une aussi belle image pour le JT de 20h. Tout le monde par contre a vu des gendarmes et policiers armés de Kalachnikovs qui lançaient des cailloux comme des petits loubards en réponse aux provocations d’autres enfants loubards. On les a vu maltraiter sauvagement et en gang un enfant d’une dizaine d’années qui pleurait et demandait pitié, sans aucun résultat positif. Boss, il faut demander qu’on vous explique comment marchent les cameras de Smartphones et jetez ensuite vos Nokia-1970. Les toubabs a qui vous parliez avaient tous vus ces images avant de venir vous écouter, ils voulaient juste évaluer si votre parole de chef d’état était plus crédible que celle de l’opposant hystérique que vous étiez. J’imagine déjà ce qu’ils ont du chuchoter entre eux en sortant de votre rencontre. Pour conclure il nous a parlé ce mois-ci du « vrai peuple de Guinée » qui l’a accueilli avec une mamaya organisée par la bien-nommée « Union du Grand Mandingue ». Pauvre de nous, le « faux peuple de Guinée ».
------------------------------------------------------
2.    Les décisions et actions « positives » du mois : le 01, une antenne du bureau de presse de la présidence (Alpha2015) lance une chronique hebdomadaire « Une Voie Inique » sur les actions super positives de l’émergence actuelle du pays. C’est peut-être une réponse à ma « Une Nouvelle Voie » et c’est tant mieux car les guinéens auront deux versions de ce qui se passe tous les jours au pays et pourront ensuite comparer ; le 03, le PPAC accepte enfin la mise en place de la cour constitutionnelle ; le 15, le Président Obama reçoit le PPAC avec les 2 autres Présidents des pays ébolés (Liberia et Sierra Leone) mais ils ont surement eu un petit tête à tête avant la rencontre où son petit frère lui a balancé quelques menaces diplomatiques qu’il ne manque jamais de faire aux derniers dictateurs de la planète, comme Kabila qui avait ramassé en pleine tronche: « l’héritage politique ne peut être que l’organisation des élections dans le respect de la constitution avec la participation de tous les acteurs » ;  le 24, le PPAC revient pour la 1e fois depuis 2011 au pays dans un vol commercial d’Air France. Prise de conscience ou créanciers découragés ? Ses homologues copains de voyage ont du lui faire comprendre que venir quémander en Occident dans son jet privé faisait mauvais genre ; le 29, c’est enfin le microremaniement ministériel attendu depuis des mois : 2 nouveaux bénis, 1 promu, 1 recyclé, 1 nommé nulle part (ministre de la ville et de l’aménagement du territoire !) et 2 aux oubliettes de la République.
•    Pour : pas grand-chose à se mettre sous la dent cariée ce mois-ci. Le Boss s’est tellement ennuyé dans son palais Satanya qu’il a du organiser des conseils des ministres successifs pour meubler ses matinées.
•    Contre : sa cour constitutionnelle est mise en place après 4 années et 3 mois de pouvoir et à moins de 6 mois de la prochaine élection présidentielle. Une fois encore le PPAC a fait officiellement une « grande avancée démocratique » mais en installant un commando chargé de garantir  la transparence de sa réélection. En plus il n’a pu dénicher qu’une seule dame sur les neuf membres parmi le 52% de guinéennes – vive le gender-balance made in Condécratie. Les deux dernières institutions seront plus difficiles à mettre en place pour lui : la Cour des Comptes qui mettrait normalement à nu tous ses détournements et la Haute Cour de Justice qui pourrait ensuite le condamner et le destituer légalement – si nous vivions dans une démocratie ! Parmi les nouveautés de la réflexion ministérielle il faut noter « l’introduction du droit à être jugé dans un délai raisonnable » et « la suppression des tribunaux d’exception tels le tribunal du Travail et le Tribunal pour enfants ». Des idées lumineuses pour renforcer le changement du changement en fin de mandat.
------------------------------------------------
3.    Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, Le corps d’une femme vendeuse de poisson décédée d’Ebola le lundi 30 mars à l’hôpital régional de Kindia a été extirpé par ses copines de la morgue pour aller l’enterrer presto avant l’arrivée des agents de la Croix-Rouge. C’est ça le plan de riposte renforcé et l’état d’urgence, des exemples de la rigueur révolutionnaire condécrate ; le 02, l’OMS annonce 25 nouveaux cas d’Ebola en Sierra Leone, 0 au Liberia et 57 en Guinée au cours de la semaine passée. La semaine précédente il y avait 33 cas en Sierra Leone, 1 au Libéria et 45 en Guinée. Une fois encore nous étions 1e au départ mais seront dernier à l’arrivée ; le 02, le Boss décrète un tout nouveau « comité technique national de suivi des activités du groupe intergouvernemental d’actions contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme en Afrique de l’Ouest ». Ca c’est du français supérieur ! ; le 02, deux groupes rivaux de donzos, la milice du PPAC s’accrochent sous formes de bastonnades et jets de pierre dans la ville de Kankan lors d’une cérémonie officielle. Il y a eu de nombreux blessés dans les 2 camps. Ils rivalisaient pour le partage des danses sauvages et coups de feu grassement rémunérés lors de la cérémonie d’ouverture de la réunion. Leurs ancêtres chassaient les bêtes sauvages dans les forêts – cette nouvelle génération chasse les francs guinéens dans nos villes ; le 12, « Air Sanseman One » décolle de Conakry avec son unique pilote PPAC pour assister au conseil annuel des ministres africains avec la Banque mondiale et le FMI. Notre ministre des finances était bien de la partie mais en tant que chef de cabine et le gouverneur de la Banque Centrale était 2e steward de la First Class. Le plus marrant c’est qu’il décolle le 12 pour assister à des rencontres qui ne commencent que le 17 – il doit être le dernier chef d’état à faire cela aujourd’hui. Et pour ne pas déroger à son modus-opérandi depuis 2011 il décampe la veille d’un possible drame national, cette fois-ci c’une manifestation houleuse de l’opposition à Conakry. C’est une technique déjà brevetée par le Maréchal Sékouba Konaté - participer à l’organisation d’un massacre comme le 28 septembre 2009 et ensuite détaler la veille en pensant s’en disculper à bon compte – mais Dieu merci la CPI, notre maman protectrice des dictatures moyenâgeuses, n’oublie jamais ; les 13 et 14, les marches « pacifiques » des opposants à la Condécratie dans Conakry ont de nouveaux été matés (2 morts dont une fillette), gazés et kalachniqués par les milices civiles et bidasses du PPAC ; Le 14, on nous annonce l’arrivée de PW Power Systems, Inc. (PWPS), une société du groupe Mitsubishi Heavy Industries Ltd. (MHI) qui fournira à la Guinée trois unités électriques Mobilepac devant être installées à Conakry dans le cadre d’un contrat conclu avec Miami Capital Holding Corporation. Les trois unités seront exploitées par K-Energie, une filiale de Miami Capital, un hedge-fund US. Avec le barrage Kaléta, les groupes anglais AGREKO, mauritaniens et libanais les dépouillements des prochaines élections ne se feront plus avec des lampes de poche mais qu’en sera-t-il dans nos maisons ? ; le 15, on apprend qu’une épidémie de rougeole sévit depuis 3 mois en Haute Guinée avec plus de 350 cas et 4 décès. Voila ce qui arrive quand l’Ebola-Business devient la seule priorité sanitaire du pays, la bêtise abyssale étant que le programme régulier de vaccination a été mis de côté de sorte que certaines maladies transmissibles qui ont presque disparues même en Afrique refont surface en Guinée ; le 15, une quarantaine de manifestants des marches précédentes est déférée devant les tribunaux de Mafanco et Dixinn. Ils sont accusés « d’attroupement illégal sur la voie publique », un délit très grave chez nous et qui mérite des punitions exemplaires. Dix-sept ont été reconnus coupables et condamnés à des peines de deux à six mois de prison ferme et neuf autres à des mois de prison avec sursis. Parmi ces derniers Abdoul Wahab Diallo, 64 ans, serait un maître coranique. Il dit avoir été arrêté près du marché de Taouyah (commune de Ratoma) où il se rendait pour chercher sa femme après avoir entendu des coups de feu. Parallèlement, au tribunal de première instance de Mafanco (commune de Matam) six prévenus étaient à la barre pour « participation à une manifestation non déclarée ». Cinq ont été condamnés à des peines de deux à six mois de prison ferme et à 500 mille francs guinéens d’amende et un autre a été relaxé (réf. JA du 16 avril) ; le 15 est arrivé – Ebola est toujours en Guinée ! Il ne reste plus qu’à concocter rapidement un quatrième programme national d’éradication ; le 20, au cours d’une nouvelle manifestation de l’opposition à Conakry Mr Ibrahima Diankan Condé inspecteur du RPCé, le parti au pourboire, avoue devant les micros « Personnellement j’ai donné un million de francs aux jeunes contre- manifestants pour leur petit déjeuner ». Pauvres manifestants qui retrouvent en plus des bérets noirs (gendarmes), des casques noirs et blancs (policiers), des bonnets folkloriques marrons (les donzos) maintenant des désœuvrés affamés. Par ailleurs après avoir chassé les manifestants policiers et gendarmes se sont bottés et insultés entre eux, question de passer le temps avant la fin de la journée ; le 22, onze des vingt-six accusés du drame de Womey où 8 innocents ont été massacrés ont été condamnés à la prison à perpétuée et les 15 autres ont été libérés pour manque de preuves. Pas un mot sur les massacres des jours qui ont suivis dans le village par les forces de désordre qui ont fait du « œil pour œil et dent pour dent » ; le 22, papy Condé rend visite à son Président Hollande lors d’un transit obligé dans « le pays de ses ancêtres » avant de revenir nous faire souffrir en Guinée ; le 23, rebelote pour les manifestations « pacifiques » de l’opposition – rebelote pour les morts et blessés par les forces de désordre. Cette fois-ci c’est un jeune homme de 28 ans qui a été tué à coups de matraques et de crosses de fusils dans la ville de Labé, la capitale du Fouta Djalon. Quelqu’un pourrait-il nous expliquer pourquoi il n’y a jamais eu de morts et de blessés en dehors des zones peuplées en grande majorité par des peuls alors que des marches identiques et aux mêmes moments se déroulent dans les autres quartiers de la capitale ? C’est à croire que les miliciens vérifient les cartes d’identité des manifestants avant de tirer dans le tas. ; le 24, le PPAC revient pour un bref séjour en Guinée. Le RPCé et le gouverneur de Conakry avaient préparé un accueil grandiose avec une super-mamaya grassement rémunérée sur son parcours de l’aéroport au palais Satanya. Hélas pour eux le vol prévu vers 17 heures a eu du retard à Paris et n’est arrivé que vers 21 heures. En plus le froussard a fui le « bain de foule improvisé » pour sauter dans son char au bas de la passerelle et foncer touts sirènes déployées vers son bunker. Les mamayeurs ont certainement exigé des heures supplémentaires pour les danses non prévues après 18 heures. Le soir la RTG a diffusé une arrivée et une réception grandiose en pleine journée (images d’archives) – le mensonge d’Etat n’a plus aucune limite ; le 27, l’Assemblée nationale qui a  ouvert ses travaux depuis le 07 démarre enfin ses travaux d’étude de 6 projet de lois dont un folklorique (Traiter (!) révisé de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD), adopté le 16 février 2013 à Ndjamena par la conférence des Chefs d’Etats des Pays membres). La vitesse de croisière de la session sera atteinte pendant les 4 derniers jours ; les 27 et  28, une douzaine de nouvelles condamnations de 4 à 6 mois de prison pour des opposants dans les villes de Conakry et Kindia dont 5 mineurs et un journaliste accusé d’avoir filmé une des manifestations ; le 29, à Mamou c’est un autre militant qui est condamné à 6 mois de prison ferme sans l’assistance d’un avocat lors de son procès.
•    Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
•    Contre : quand nos petits dictateurs vont faire le beau en Occident la vraie presse d’investigation donc toujours fouineuse en profite pour faire des enquêtes poussées et analyses détaillées sur ces personnages. Le Washington Post nous a offert une interview marrante sur notre Homme-Pays au cours de son séjour dans la capitale des USA. Ainsi le Boss semblait épuisé et se promenait toujours avec son médecin personnel. Il leur a raconté qu’il était très ému de revenir aux USA car il y avait étudié en 1962 pendant un an et qu’au cours de ce séjour il avait eu un débat houleux avec Bobby Kennedy et des rencontres régulières avec Martin Luther King – Allo le Mégalo ! Il leur a même raconté son émotion profonde quand il avait appris le suicide de Marylin Monroe – peut-être qu’elle venait de sortir d’un débat suicidaire avec lui.  En plus la description de sa déprime le matin du 16 après que tout le monde ait constaté l’échec pathétique de son 3e plan d’éradication d’Ebola vaut vraiment la chandelle : Junior Palladino et les autres membres de sa délégation ont eu toutes les peines du monde pour lui remonter un peu le moral avant ses rencontres laborieuses de cette journée de deuil national. Comme justification il n’a pu trouver que la responsabilité de la France qui a moins « mouillé le maillot » que les USA et le Commonwealth pour le Liberia et la Sierra Leone. C’est vraiment incroyable que ces « toubabs » n’aient pas été capables de régler ce problème à sa place ! Quand à l’Ebola-Business il vient de nous révéler un nouvel exploit : il parait (à vérifier) qu’au centre national de vaccination des « agents de santé » commercialisent à 20 000 GNF un document appelé « Certificat de non-Ebola » délivré sans qu’aucun examen ne soit fait. Chacun se débrouille - notre ex-Président Lansana Conté nous avait bien appris que « chaque chèvre broute là où il est attachée ».
--------------------------------------------------
4.    Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : formation des pharmaciens et logisticiens des zones prioritaires de la lutte contre Ebola sur le thème « Logistique, approvisionnement et bonnes pratiques de gestion des stocks » ; revue annuelle des radios rurales de Guinée ; formation des jeunes « soldats » de Coyah et Dubréka pour une série de campagnes de sensibilisation dans la guerre pour éradiquer le virus Ebola hors du pays ; atelier de formation pour le renforcement des capacités des 16 femmes entrepreneures ; formations des  membres   des   commissions  de  révision   et  affichage  des  listes  électorales (CARLE) ; caravane de projection de films sur Ebola dans les écoles de Conakry ; formation sur l’implication des femmes dans le processus de justice transitionnelle: enjeux, défis et perspectives ; formation des femmes en NTIC sur le thème « élargir les horizons, changer les attitudes » ; formation des journalistes sur les enjeux climatiques et la protection de l’environnement ; atelier de formation des hommes de médias pour une meilleure connaissance du budget de l’Etat sur le thème : Gouvernance et Responsabilités ; formation de jeunes cadres sur le thème : Opportunité d’apprentissage du Web 2.0 et des  Médias Sociaux.
•    Pour : le séminaire-bizness fond comme du beurre au soleil ces temps-ci (11). Une fois encore les formations des journalistes sur formés et la lutte contre Ebola ont sauvé le mois de la bérézina. La coordination de la lutte pour l’Ebola-business a été forcée par ses partenaires externes de parler de la gestion des stocks d’intrants qui paralyse l’efficacité des actions sur le terrain. Il faut urgemment faire de même pour la gestion des Toyota 4x4 et des millions d’Euros et USD. L’initiative de parler d’Ebola dans toutes les écoles de Conakry est une bonne chose et j’espère qu’elle s’étendra à toutes les villes de l’intérieur surtout que les pré-évaluations ont démontré que les enfants ne savent même pas les causes et dangers de la maladie. On ne leur appris qu’une seule chose en classe : « lavez-vous les mains en entrant avant de me serrer la main ». Maintenant espérons que les préoccupations des formateurs n’étaient pas que les perdiems de missions.
•    Contre : les « rencontres du donner et du recevoir » ne sont plus à la mode maintenant. Les profiteurs, mendiants et journalistes préfèrent les conférences de presse : mêmes perdiems et sandwichs et moins de contacts humains, donc de risque d’attraper Ebola. Qui est fou ?
                                              ---------------------------------------------------------
5.    Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :
Mr le Belé-belé de la Condécratie, mon ami Gandhi Barry a enfin déchiffré votre énigme : quand vous disiez en fin 2010 que vous alliez reprendre la Guinée là où Satan Touré l’avait laissée vous parliez au sens propre, pas au sens figuré. Ainsi vous avez immédiatement mis ce jour-là votre cerveau et votre montre soviétique à cette date bénite du 27 mars 1984 ! Pardon, maintenant que vous portez des bagues-montres « Dr Dré » en argent aux doigts des deux mains remettez-les aux bonnes date et heure - venez nous rendre visite au XXIe siècle. Vous découvrirez alors qu’il existe depuis des chaines de télévision internationales qui nous montrent en temps réel tout ce qui se passe en Guinée. Que vos patrons français et américains savent même ce qui se magouille dans vos salons, votre chambre à coucher et la prison du palais Satanya. Vous comprendrez ainsi que vous ne pouvez plus berner qui que ce soit comme vous le faisiez avec vos potes de la FEANF avant qu’ils ne vous virent de leur présidence pour des causes encore difficiles à cerner. Et Bravo pour l’une des réalisations les plus notables de votre 1e mandat présidentiel : 64 morts d’innocents guinéens qui ne vous demandaient qu’un peu plus de travail, d’éducation et de santé, d’un plus d’eau et d’électricité mais surtout d’espoir car vous les leur aviez promis en arrivant en décembre 2010.
Vous pouvez néanmoins remercier votre baraka légendaire car les « béquilles du développement guinéen » décrites par le Doyen Ansoumane Doré (analyse du 11 avril), ces tares qui créent et entretiennent toutes les dictatures depuis 1958 vous ont été paradoxalement profitables car elles sont incrustées maintenant profondément dans notre ADN national :
1- Une famille est fière de son fils qui a "réussi" alors que tout les membres savent qu'il vole l'argent public ou vend de la drogue hors du pays.
2- La courtisanerie en particulier des ainés et des "sages" est devenue une fierté et une vertu familiale vantée, source d’envie et de jalousie.
3- Toute personne qui ne « grignote » pas où et quand il en a la chance est un « maudit » pour sa famille, ses amis et ses voisins.
4- La majorité de nos grands religieux chantent à longueur de prêche et sermons que le chef est choisi par Dieu, a toujours raison, qu'il faut prier pour lui et le remercier pour les coups de matraque qu’il nous donne tous les jours avant de dormir.
5- Des leadeurs communautaires tendent fièrement la main pour des cadeaux partout où c'est possible et ensuite s'en vantent de retour à la maison.
6- La mafia au pouvoir, militaires et civils, travaille de mieux en mieux depuis plus de 50 ans pour s'assurer de créer toutes les entraves possibles au retour des personnes intègres et compétentes qui pourraient aider à redresser le pays. Elle utilise pour cela les violations des DDH, injustices, l’impunité totale des crimes humains et économique, les blocages et destructions systématiques de toute entreprise saines et porteuse de développement.
Notre seule possibilité de sortir de ce cercle infernal à mon avis est de trouver notre Kagamé ou notre Rawlings pour « nettoyer au karcher » un pays aussi malade. Sinon nous continuerons la descente aux enfers avec un nouveau Président qui fera de nouveau espoir puis dégoût dans les 12 mois suivants. Même dans ce cas il devra être encadré par des garde-fous solides : 1) une élimination légale et rapide des particules politiques par une représentativité minimale dans les 4 régions et Conakry. 2) Une alliance réelle des principaux partis d’opposition pour imposer la mise en place de surveillants indépendants des DDH et des pool de juristes compétents pour poursuivre professionnellement toutes les gaffes juridiques du pouvoir. 3) L’isolement visible des extrémistes de tous les bords politiques pour montrer aux guinéens un vrai plan de partage du pouvoir incluant tous. TOUS NOS OPPOSANTS NE SERONT PAS PRESIDENT DE LA GUINEE – Get Over It Guys - alors entendez-vous pour un partage équitable qui rassurera les 4 régions que les choses vont vraiment changer avec vous, comme l’a réussi la 3e fois Buhari au Nigeria. 4) Lancer une société civile renouvelée, unie et qui doit lutter uniquement pour le bonheur des guinéens surtout ceux d'en bas. 4) Et surtout il faut bétonner toutes les prochaines élections : la moindre tentative de triche et "on casse tout" dans le bureau de vote. S’ils trichent – alors pas de validation de la triche.
Tout le reste n'est qu’intérêts personnels, ethniques et morts de jeunes désespérés qui se battent uniquement pour échapper à leur avenir bouché, sans porte ni fenêtre de sortie. Si rien n’est fait l’étape suivante sera l’intégrisme religieux violent dont le terreau a toujours été les frustrations des populations exclues de tout bonheur par des pouvoirs corrompus et injustes.
Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1591e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » - déjà 4 ans, 04 mois et 10 jours !  Est-il possible en Guinée de forcer la vérité des urnes en exigeant la transparence avant, pendant et après les élections dans chaque bureau de vote ? De forcer le dépouillement des voix en toute transparence, s’il le faut même en plein air sous les arbres dès que le doute est permis ? D’exiger la retransmission directe des résultats par les radios privées sans aucune entrave ? La balle n’est pas dans le camp du pouvoir qui n’y a aucun intérêt mais dans celui de nos opposants hélas opposés, s’ils tiennent à marquer leur passage dans l’histoire politique guinéenne. Le pouvoir partout dans le monde n’est pas un jeu de faibles et de poltrons – il se conquiert par la puissance du combat politique et des idées porteuses d’avenir, la résolution inébranlable de mettre fin à toutes les velléités de dérives et l’imposition de la démocratie – by all means necessary ! Tout est fait aujourd’hui pour décourager les patriotes légalistes dans le fond de l’âme de se jeter dans cette arène politique gangrénée – il faut trouver/créer les moyens pour ne pas tomber dans leur piège.

30 Avril 2015
A.O.T. Diallo

NB : vous pourrez suivre chronologiquement cette série et les précédentes (depuis le début du changement en Guinée en janvier 2007) sur mon nouveau blog: https://aotdiallo.wordpress.com/


Lu 722 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

English Galician German Italian Portuguese Spanish

EDUGRADE

Archives Washington Debats

Nos réseaux sociaux

Nos reseaux sociaux Radio Top Africa sur Facebook Radio Top Africa sur Youtube Radio Top Africa sur Twitter

AMEG-VIE

R&B Shipping
Company LLC

For all your shipping needs.
HOME PICK-UP AVAILABLE
RENE DUONAMOU
410 336 4300
ALPHA BARRY
410 258 3260

VU Magazine

TECHNOREPAIR COMPUTER REPAIR & SALES 
Pour tous vos travaux de réparation ou d’achats d’ordinateurs neufs ou d’occasion.
Computer Repair & Sales
Tel: 202-492-9348
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.technorepair.com

Nos Partenaires

ARGUIFA Chefaide Canada Partenaire a Beni en RDC SA