mardi, 02 décembre 2014 19:17

GUINEE: Dr A.O.T PUBLIE LE 11EME BILAN DE LA GESTION D'ALPHA CONDE DANS ''UNE NOUVELLE VOIE'': HOLLANDE ET EBOLA! EXCLUSIF RTA!

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Bienvenue à mon bilan du 11e mois de l’An 04 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.


1)    Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : «  Je connais mon frère depuis la FEANF. Nous avons eu beaucoup de temps ensemble. C’est un intègre, un vrai Bambara. J’envisageais d’aller au Mali pour montrer à la face du monde que, comme le dit le premier Président, c’est deux poumons dans un même corps. Et je sais que si le peuple malien l’a plébiscité, c’est parce qu’il respecte la dignité du peuple malien. Mais ce n’est pas facile aujourd’hui de présenter la dignité d’un peuple… Nous sommes profondément panafricains. Les panafricains, quelle que soit leur position, ils ont  une qualité commune, c’est le panafricanisme… Si ce n’est pas le retard au niveau des Nations Unies, le premier bataillon (militaire) Diandian serait parti au Mali depuis longtemps et nous allons préparer le second bataillon (le 31 octobre, en recevant le Président malien à Conakry) ; « Je suis patient, j’apporterai la lumière en Guinée afin que le peuple apprenne la vérité sur les dessous des dossiers qui minent la vie de a Guinée…Je vous promet la construction prochaine des centres hospitaliers universitaires (CHU) dans chaque préfecture et des dispensaires dans chaque sous-préfecture afin d’éviter l’évacuation des malades de l’intérieur du pays sur Conakry… Les Sénégalais nous ferment leurs frontières alors que c’est nous qui les nourrissons. Laissons-les. Ne les insultons pas et ne les en voulons pas… J’ai dit aux Blancs (Occidentaux) que ce n’est pas que le massacre du 28 septembre qui me préoccupe. J’ai dit à ceux qui sont pressés de rendre justice aux victimes du 28 septembre de me laisser tranquille. Je n’accepterai pas qu’on me parle que de ce massacre seulement... J’ai déjà exigé de vous tous d’annuler les contrats de tous les sous-traitants (miniers) qui sont partis ou je les arrête à l’aéroport. Parce qu’ils sont venus prendre l’argent de la Guinée. Tous les gens qui nous ont abandonnés, si vous les garder, je vais les arrêter à l’aéroport. Vous allez sous-traiter désormais avec d’autres sociétés et non elles…Plus aucun militaire ne pourra perpétrer un coup d’état en Guinée » (le 02, à Boké devant une assemblée de fanatiques et de septuagénaires) ; « Le guichet unique que nous allons faire va permettre de sécuriser les ressources qui sont pillées de gauche à droite. La douane ne pourra plus, le directeur général du port, personne ne pourra plus voir l'argent, ça passera par un canal, directement à la Banque centrale. C'est ça le guichet unique. Nous savons que ça ne plait pas à beaucoup de monde. Il y a des gens qui s'agitent, mais ils perdent leur temps…J'ai dit à Bolloré de prendre cet engagement pour les travailleurs du port…

Nous avons fait beaucoup mais ce que nous avons fait n’est rien par rapport à ce que nous ambitionnons. La Guinée vient de loin, mais la Guinée rattrapera son retard. Nous savons que cela ne plait pas à tout le monde, certains souhaitent que la Guinée soit dans cet état (de pauvreté). Mais je vous assure que la Guinée sera très bientôt le flambeau de l’Afrique de l’Ouest. Que ça plaise ou non, cela se fera. La Guinée est un Aigle aux ailes enchaînées. Bien qu'il y ait Ebola, l'aigle va prendre son envol. (le 17, lors de l’inauguration du nouveau quai du port de Conakry, propriété exclusive du holding PPAC-Bolloré) ; « Nous allons bientôt mettre à votre disposition les moyens. Puisqu’en Guinée tous les terrains (de football) ont été  bazardés. Il n’y a pas de football sans terrains de jeu, il n’y a pas de football sans conditions. S’il plait à Dieu, dans les années à venir nous allons nous attacher à cela. C’est notre ambition, mais ça n’a pas été facile… Si la Guinée avance beaucoup de pays en souffriront. Par exemple, comme on va le faire d’ailleurs, quand nous développons notre tourisme à Dalaba le Sénégal perdra beaucoup de touristes…Tout le monde n’a pas le même agenda. Certaines organisations veulent que la maladie dure le plus longtemps que possible pour avoir le maximum d’argent.

Nous, on a intérêt à ce qu’Ebola finisse le plus tôt que possible. C’est pourquoi, j’ai pris en main la lutte. Ça ne plait pas aux ONG parce que nous voulons que l’argent qui est donné à la Guinée soit pour la Guinée. Parce que quand on donne aux organisations internationales, on ne sait pas ce qu’elles en font. Ce que je fais ne plait pas aux organisations qui sont habituées à gérer les fonds  » (le 20, en recevant à 01 heure du matin et en pyjama notre équipe de football victorieuse pendant ses vacances au Maroc) ; « On a mis un centre à l'aéroport (Conakry Gbessia). Seuls les médecins ont la liste des cas. S'ils voient qu'il y a quelqu'un qui veut voyager, un cas qui n'a pas été suivi pendant 21 jours, il ne peut même pas rentrer dans l'avion mais ça on ne va pas faire de la publicité parce qu'on va faire peur aux gens mais il faut que je vous dise entre nous : je n'ai pas dit d'aller dans les radios pour aller dire ça, si vous dites ça c'est vous qui avez dit ce n'est pas moi… Ebola est une maladie des pauvres. Si Ebola était en France, en Angleterre, on aurait déjà trouvé le vaccin. La question qu’il faut se poser c’est de savoir pourquoi Ebola existe depuis 30 ans on n’a pas encore eu de vaccin » (parlant à des journalistes sur sa gestion de l’épidémie d’Ebola) ;  « Je n’accepterais plus la pagaille. Si quelqu’un sort pour manifester j’appliquerais la loi anti-casse. Que personne ne compte également sur moi pour gracier qui que ça soit. Si tu es condamné, tu purgeras ta peine en prison… J’ai dit au procureur, celui qui m’insulte désormais il répondra devant la justice. Je suis pour la liberté d’expression, mais je n’accepterais plus qu’on me diffame. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la loi… J’ai toujours été contre une CENI politique ce sont eux qui l’ont voulu. S’ils ne sont pas capables de maîtriser leurs militants qu’ils ont envoyés là-bas ce n’est pas mon problème. Les mouvements de rue ça ne m’impressionne pas. Ces politiciens qui ne comprennent rien, ils parlent d’économie, des petits comptables, on va démontrer qu’ils ne connaissent rien. Ce sont des nains politiques qui font du bruit dans les radios et racontent du n’importe quoi…J’ai été opposant 50 ans avant eux. J’ai été condamné à mort par Sékou Touré et fait 2 ans en prison. Est-ce que cela ne m’a pas changé ? Ce sont ces petits rigolos-là qui s’agitaient qui vont me dire qu’ils sont pour la démocratie ?... Aussi nous savons ce que certains font et ils le savent, nous attendons. Moi je suis patient, je ne suis jamais pressé. Personne ne va déstabiliser la Guinée… Je sais celui qui fait la pagaille et il sait que je ne le rencontrerai pas. Moi je suis un combattant, je suis habitué à me battre… Quand le président Hollande vient cela montre que tout le monde peut venir en Guinée. Le président Hollande ne vient pas pour les petits problèmes de la Guinée, il y a le parlement… J’assume tous les crimes commis en Guinée. Il n’y a pas que les massacres du 28 septembre. Il y en a eu d’autres avant. La différence pour ce qui est du 28 septembre 2009 c’est qu’il y a eu des femmes violées sans quoi il y a eu plus de victimes au Congo par exemple qu’en Guinée…(sur la crise Burkinabè)  A un moment donné, si vous n’êtes pas en harmonie avec les jeunes  et que vous n’avez plus la réalité des choses et les gens qui sont autour de vous font tout pour vous cacher la vérité en disant que tout va tout va bien . Si vous faites des arrangements les gens descendront de nouveau dans la rue. Alors écoutez ce que le peuple veut. Ne faites pas des arrangements au sommet. Le peuple qui descend dans la rue a des objectifs... Je m’en fous de ce que Reporters sans frontières va écrire. Ce n’est pas eux qui dirigent la Guinée. Moi, je n’ai aucune crainte des lois internationales ou des droits de l’homme… Chacun va respecter la loi en Guinée.

Ils peuvent écrire ce qu’ils veulent, cela n’a aucune importance. Je ne lis aucun journal, je ne vais pas sur Internet et je n’écoute pas les radios… (parlant du Sénégal) Quand on faisait un sondage, il s’est révélé que 90 pour cent des Guinéens sont contre mon voyage à Dakar. Je dis qu’on doit cesser d’avoir des réactions émotionnelles. C’est vrai que ce qui arrive fait mal mais quelle est la meilleure vengeance ? Quand quelqu’un te fais du mal, toi tu le fais du bien. C’est la meilleure vengeance qu’on peut faire à quelqu’un… (sur le transport minier) On va casser l’attroupement de Conakry, avec tous  les conteneurs et camions citernes  non seulement  il y a les embouteillages mais,  tout le temps des accidents. Mais CBK a dit non ! Comment le chemin de fer que nous avons construit  peut appartenir à la société ?  Ils disent que ça les appartient. On a eu  une grande bagarre avant  qu’ils n’acceptent un multi usage c'est-à-dire que d’autres  personnes puissent  utiliser.  La seule chose on prend un consultant qui va voir comment on peut utiliser  sans qu’il n’y ait des embouteillages entre les compagnies. Et même ça ce n’est pas difficile, on fait les voies de dégagements (le 26, en conférence de presse avec les médias à Conakry) ; « La venue du président Hollande est un grand symbole, d’ailleurs plus importante même que l’aide qu’il nous apporte sur le plan médical. Cela veut dire que tout le monde peut venir en Guinée (le 28, à l’arrivée de François Hollande à Conakry) ; « (A la question quelle leçon tirez-vous de la crise Ebola ?) les Institutions Internationales n’ont pas réagi assez tôt. Ensuite, il y a eu une mauvaise communication... Je pense aussi à ce qu’a dit le président de la Banque mondiale « On laisse mourir les pauvres et on soigne les riches ». Ça fait trente ans qu’Ebola est connue, mais comme c’est en Afrique, les laboratoires ou les Etats ne s’y sont pas tellement intéressés (le 28, interview au journal Le Monde) ;

    Pour : avec la venue de l’ange Gabriel-François je comprends mieux pourquoi le PPAC nous disait récemment « je vais transformer le malheur Ebola en opportunité » mais il aurait juste pu rajouter « pour moi ». Quelle lucidité sur les éléments qui ont conduit à la chute de son conseiller politique B. Compaoré – quel aveuglement de ne pas voir que cela s’applique de plus en plus à lui tous les jours !

    Contre : vive le panafricanisme et la solidarité entre la Guinée et le Mali – si les Nations Unies paient la facture bien sûr, sinon notre « bataillon militaire tout prêt » continuera en attendant à bouffer du civil désarmé en Guinée. Un centre hospitalier universitaire (CHU) dans chaque préfecture ? Encore des mots dont il ignore totalement le sens en français. En tout cas les anciens premiers ministres ont un peu de sursis : tous nos problèmes sont désormais dus à la combinaison Ebola, MSF, le Sénégal, ses ministres incompétents et les blancs de Kamsar. Il a aussi envoyé un message fort aux investisseurs étrangers : « venez chez nous mais si vous avez peur pour vos familles et vous-mêmes à cause de nos incompétence et inconscience à gérer Ebola je fais annuler vos contrats professionnels et je vous met au trou avant votre expulsion ». En fait il devient inutile de critiquer les gaffes du PPAC, il suffit juste de le laisser parler en public ; chaque fois que ce chef de parti fait une conférence de presse il se ridiculise plus encore : je me demande bien pourquoi comparer le nombre de victimes entre le Congo et la Guinée ? Au secours, la cata nationale « guichet unique » est arrivée au port autonome privé de Conakry ! Bienvenue à une nouvelle filière port /Banque centrale / Dubaï sans escale à Dakar désormais. Les bourdes de forme et de fond sont tellement nombreuses que je vous invite à les lire à tête reposée car elles ne nécessitent aucune analyse supplémentaire.

------------------------------------------------------

2)    Les décisions et actions « positives » du mois : le 07, un des militaires les plus puissants du Sanseman et ses 2 gardes de corps sont condamnés (avec souplesse) à des mois de prison ferme pour menaces et brutalité sur un magistrat en fonction. La veille le bandit-chef d’une troupe militaire d'élite (BATA ou parachutistes) nommé Commandant Mohamed Lamine Diarra et deux de ses « hommes » viennent tabasser un juge en audience dans son bureau du tribunal de Dixinn avec leur célèbre « tu sais qui je suis ? On va te montrer que le pays est commandé » devant le personnel judiciaire, les gardes pénitentiaires et tous les pauvres hères présents. Après négociations et prières ils sont embarqués par la police militaire ; le 10, le PPAC fait finalement déguerpir son camp militaire retranché du village de Womey dont tous les 6,000 habitants payaient les crimes de certains de leurs enfants. Du coup il faut reconnaitre la réussite pour la 1e fois en Guinée d’une grève de la faim de certains combattants des DDH avec peut-être des petites menaces d’annulation de visites de courtoisie de la France et des USA ; le 12, un 4e bidasse écervelé est condamné à 8 mois de prison ferme, interdiction du port d’arme pendant 5 ans et 10 millions GNF pour réparation de tous préjudices ce qui équivaut à une condamnation à mort pour un militaire guinéen pour avoir giflé un journaliste qui couvrait une manifestation pacifique ; le 13, la secrétaire d’Etat française à la francophonie vient en Guinée une 2e fois en deux mois, cette fois-ci pour inaugurer un centre de prise en charge des malades d’Ebola dans la préfecture de Macenta, la plus touchée actuellement. Ce centre sera géré par la Croix-Rouge française et l’INSERM et des nouveaux traitements et tests de diagnostics prometteurs y seront testés. Le seul hic c’est qu’elle devait en fait accompagner son patron le ministre des A.E. Laurent Fabius mais ce dernier a annulé à la dernière minute ; le 28, le sauveur arrive enfin : frère François (Hollande) arrive enfin pour 7 heures d’escale à Conakry (arrivée après le déjeuner et départ avant le diner) en transit pour Dakar mais attention il exige de ne serrer que 4 mains préalablement inspectées par ses médecins : PPAC, Imam de la Primature, sheriff de la ville et porte-serviette du PPAC.

·       Pour : pour nos 4 bidasses condamnés ce mois-ci il faut reconnaitre qu’il devient de plus en plus difficile d’être soldat dans notre pays. Ils devraient eux aussi faire une grève de la faim - jusqu'à la mort. Le commandant du BATA, un militaire-bandit récidiviste (il parait qu’il aurait même giflé son Général Conté lors du coup d’état manqué de 1996) était vraiment allé trop loin cette fois-ci et tout le corps judiciaire aurait marché dans les rues s’il n’avait pas été puni pour ces faits. Même le PPAC et ses champions de « la reforme réussie des forces de défenses et de sécurité devenues professionnelles, républicaines, respectueuses de l’Etat de droit, capables d’assurer la défense de l’intégrité du territoire national, de participer au développement économique, de contribuer à la paix et soumises à l’autorité civile légalement établie » n’ont pas essayé de l’exclure de la justice. Le frère François (pas le Pape) a été la seule vraie embellie du mois. J’imagine le tête à tête passionnant entre eux au palais : « alors Alpha, il faut que nous échangions sur nos expériences au pouvoir. Comment fais-tu pour continuer à gouverner avec 90% de ton peuple qui souhaite ton départ ? Moi j’en suis déjà à 80% et je ne sais plus quoi faire… ».

·       Contre : pour ces 4 bidasses condamnés il faut malheureusement constater que non seulement ils ne sont pas radiés de l’armée mais qu’en plus ils ne sont pas destitués de leurs grades et postes mais bon, il ne faut quand même pas trop en demander au PPAC. Le risque est très grand qu’ils passent tous en petite visite de courtoisie à la prison et qu’ils retrouvent immédiatement après leurs petits royaumes. La preuve est que le 17 le seul officier du groupe et ses deux gorilles ont été remis en « liberté provisoire » par la cour d’appel de Conakry en attendant un 2e procès – « vif la Sanseman, ma comandant ». Pour le faux bond de Laurent Fabius à la dernière minute le PPAC et ses mamayeurs étaient tellement déçus que le  Boss a décidé d’aller lui rendre visite très bientôt à Paris pour voir s’il n’est pas fâché avec lui.

------------------------------------------------

3)    Les décisions et actions « négatives » du mois : le 02, le PPAC organise un nouveau bain de foule pro-Ebola et le lancement officiel de la récolte du champ de riz d’un commerçant dans la région de Boké. Si Obama et Hollande ne lui donnent pas rapidement un visa « à l’Occident » il va totalement péter les plombs ; le 03, le capitaine-fou Dadis nous annonce la main sur le cœur qu’il est un refugié politique au Burkina Faso. Malgré sa complicité précédemment revendiquée avec le PPAC il est clair maintenant qu’il préfère la prison de la CPI à ses mouroirs made in Guinea qu’il connait bien pour y avoir envoyé de nombreux guinéens – vraiment ils se méritent ceux-là ; le 04, les loubards de l’Etat encerclent la nuit la résidence d’un chef de l’opposition sous prétexte qu’il cacherait chez lui des déserteurs de l’armée. Vraiment ils ne savent même plus mentir ces RPCistes. En tout cas cela prouve surtout que le PPAC est tous les jours encore plus débordé par les faucons qui l’entourent ; le 06, une gifle ultime à notre capacité nationale à gérer la lutte contre Ebola est révélée au public bien qu’effective depuis 2 semaines : une mission permanente française est à Conakry pour appuyer le dispositif sanitaire  mis en place à l’aéroport de Conakry. En français-facile cela veut dire qu’elle est chargée de prendre la température des passagers avant embarquement de tous les vols au départ de Conakry en concertation avec les compagnies aériennes qui ont exigé cela pour continuer à venir chez nous ; le 06, le PPAC refuse d’aller au sommet des chefs d’Etats de la CEDEAO sur la crise Ebola dans la sous-région et d’y envoyer son ministre des affaires étranges.

Il parait qu’il est fâché contre ses pairs ouest-africains pour leur manque de solidarité avec la Guinée. Il est vrai que son seul allié dans le club, Blaise Compaoré est en « convalescence » au Maroc ; le 06 (encore) le PPAC déloge 2 sociétés privées de leurs locaux loués dans une cité administrative pour y loger des services de l’Etat pour la lutte contre Ebola. Un nouvel encouragement aux investisseurs privés en Guinée ; le 07, la FAO affirme que le taux de malnutrition chronique des enfants serait actuellement de 31% selon sa dernière enquête ; le 11, le ministre à la Présidence chargé de la défense (dont le ministre d’Etat est le PPAC) justifie la transformation du village de Womey en camp retranché de guerre à cause d’un groupe de criminels originaires de ce village de 6,000 âmes ayant entrainé des exactions sur toute la population, le pillage des maisons et la fuite de tous les survivants en brousse : «  pour protéger les populations face aux intempéries et au grand banditisme. C’est pour maintenir l’ordre public. Leur présence se justifie par le simple fait que l’ordre public avait été gravement menacé dans ce village. Plusieurs personnes ont été tuées. Il faut sécuriser non seulement les populations qui ont commencé à revenir au village, mais aussi leurs biens ». C’est la punition collective du village pour avoir des criminels parmi ses enfants. Au fait Mr le ministre, pour la 1000e fois la protection de la population n’est pas le rôle de l’armée dans une démocratie. L’ex-juriste réputé défenseur des DDH que vous étiez avant d’arriver à la mangeoire a subi un lavage de cerveau auprès du Professeur de droit sorbonnard ; le 12, un journaliste d’un site internet est inculpé et placé sous contrôle judiciaire par le doyen des juges d’instruction du Tribunal de Première Instance de Conakry (un autre titre du PPAC sans doute) pour avoir interviewé un artiste qui avait dit des choses pas très gentilles mais vraies sur le PPAC.

La dictature stalinienne franchit un nouveau cap ; le 13, le chef d’un micro-parti politique est condamné à 2 mois de prison ferme et à une amende de 2 millions GNF pour avoir « insulté » le PPAC. Pourtant en relisant le transcrit de sa déclaration je n’en ai retrouvé aucune, juste des critiques sévères mais réelles des chefs du pouvoir et de l’opposition. C’est vraiment dur d’être « petit quelqu’un » en Condécratie mais en tout cas courage jeune apprenti-politicien téméraire Bakayoko, c’est le métier qui entre et c’est ce même genre d’injustice qui a amené le PPAC au pouvoir en Guinée ; le 14, suite à l’exigence du clown de la communication de remplacer immédiatement le correspondant de RFI en Guinée les concernés lui répondent que celui-ci (Mouctar Bah) reste leur correspondant historique en Guinée donc leur représentant numéro un, Du coup ils lui signifient que s’il n’est pas satisfait il peut aller se plaindre chez leur compatriote à la Présidence. A force de recevoir des baffes ce ministron a les joues toutes rouges chaque fois qu’on le voit à la TV-PPAC ; le 18, notre PPAC international s’envole vers Marrakech (Maroc) pour 3 jours d’une réunion vitale à la survie de la Guinée en pleine crise d’Ebola : la 5ème édition du sommet global de l’entreprenariat (GES). Ensuite il « disparait des radars » du 21 au 23. Il a peut-être fait un crochet aux Emirats pour voir si tout allait bien là-bas malgré les récents incidents du vol Dakar-Dubaï ; le 22, le coordinateur national de la lutte contre Ebola reconnait devant la presse que des glacières contenant des échantillons de sang à analyser pour confirmation du virus Ebola ont été dérobées par des « coupeurs de routes » dans un taxi-brousse interurbain ! ; Le Boss du RPCé à l’Assemblée Nationale (AN) nous confirme avec enthousiasme que les véhicules 4x4 à 48,000 USD par dépités nationaux (114) plus ceux pour le pool commun (une vingtaine de voitures et bus) seront disponibles avant le 31 décembre 2014. Tous les heureux bénéficiaires ont accepté sans dire un mot ce cadeau « offert par le PPAC » selon le chef de l’opposition. Au XVIIIe siècle les colons blancs offraient des bouts de miroirs et de la liqueur aux chefs locaux – au XXIe siècle les colons nègres offrent des véhicules aux mêmes malheureux ; le 26, le Président de l’AN nommé par le PPAC affirme de manière péremptoire et comme une leçon à ses élèves dépités : « Tant que la contestation des autorités continue, l’on ne peut pas prétendre développer notre pays ». Encore un autre professeur Sorbonique de la démocratie ;  le 28, malgré ses bravades et ses pleurnicheries populistes notre coq panafricaniste se rend à Dakar pour le Sommet de la Francophonie.

·       Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…

·       Contre : pour la perte du dernier élément de notre souveraineté nationale dans le domaine de la lutte contre Ebola (la prise de la température des passagers à l’embarquement des avions) il est vrai que « les blancs » n’acceptent pas 50,000 GNF pour passer avec une fièvre à 40 degrés Celsius. En gros la déception est telle que tous les pays se rapprochent des mesures excessives australiennes et canadiennes sauf que cette fois-ci nous encaissons piteusement sans oser pleurnicher publiquement sur notre honneur bafoué sinon plus de Air France, Bruxelles Air et RAM. Pour le hold-up hollywoodien de « la glacière de la mort » le pauvre directeur a reconnu leur responsabilité mais sans parler de négligence criminelle,  d’inconscience maladive et de l’utilisation faite des dizaines de véhicules reçus depuis plus de 6 mois uniquement pour cette lutte. Pour couvrir le scandale il dira ensuite qu’il ne s’agit que d’une glacière contenant un seul échantillon mais comme on dit chez nous « à beau mentir qui vient de loin ». J’ai été quand même surpris de ne pas avoir entendu le PPAC dire que c’est la faute d’MSF et des organisations internationales-escrocs. Quel est le pays voisin conscient qui ne fermerait pas ses frontières, comme le Sénégal, en apprenant une telle information ? Pour la ballade de Dakar, deux jours auparavant il nous disait pourtant qu’il avait fait un sondage et que 90% des guinéens ne souhaitaient pas qu’il se rende au Sénégal. Mais une fois de plus « sa parole n’est pas une montagne infranchissable ». Une perte d’honneur et une absence de suite dans ses idées sont peu de choses par rapport à une suite présidentielle et des soirées festives avec les Grands de ce monde.

--------------------------------------------------

4)    Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : formation en informatique des agents de la police de proximité (!) ; 2e forum sur les Droits de l’Homme en Guinée ; atelier de restitution des résultats de l'analyse de la pauvreté et de la vulnérabilité des enfants en Guinée ; atelier de validation de la méthodologie et du plan de reforme de l’administration de la fonction publique ; formation des agents de la CENI sur l’usage de la biométrie en Guinée, le respect du droit à la vie privée et la protection des données personnelles ; retraite annuelle du Fonds de Consolidation de la Paix des Nations Unies en Guinée (PBF) ; atelier  de formation  en faveur  des femmes des partis politiques sur les techniques de plaidoyer et de lobbying ; formation d’une vingtaine de groupements féminins à entrepreneuriat ; formation des jeunes des partis politiques en techniques de plaidoyer et de lobbying.

·       Pour : le décompte stagne toujours pour cause d’Ebola (09). Former la police de proximité en informatique ? Pourquoi pas, on verra enfin des policiers dont l’unique boulot ne sera plus de chicoter les enfants dans les quartiers. Une nouvelle preuve que la reforme de l’armée est en marche.

    Contre : les résultats de l’analyse de la pauvreté en Guinée font froid dans le dos : plus de trois enfants sur cinq de moins de 18 ans vivent en dessous du seuil de la pauvreté ; 66%  des enfants de moins de cinq ans sont privés de couverture vaccinale adéquate alors qu'environ 44% des enfants sont privés d'une alimentation adéquate et 63% vivent dans des logements dépourvus de toilettes appropriées ; près d'un enfant sur quatre (24,5%) est privé simultanément de santé, d'assainissement et de logement alors que 23,5%  souffrent en même temps de problèmes d'accès aux services de santé, d'accès à l'eau potable et d'assainissement ; concernant les enfants âgés de 5 à 17 ans ils souffrent majoritairement de privations dans les domaines de l'assainissement (57%) et de l'éducation (50,2%) ; plus d'un enfant sur dix âgés de 5 à 7 ans (13%) est privé simultanément d'éducation, d'eau, d'assainissement, de logement et d'eau potable ; dans le domaine de la nutrition 44% souffrent de problèmes nutritionnels mesurés à travers une alimentation inadéquate du nourrisson ; par rapport à l'éducation les résultats indiquent que plus 61% n'ont pas achevé leur cycle primaire et 42,% des enfants en âge scolaire désertent l'école ; concernant l'enregistrement des naissances moins de six enfants sur dix (57,9%) sont enregistrés à l'état civil et 42% ont un acte de naissance ; pour l’excision féminine, après vingt ans de sensibilisation la quasi-totalité des filles-femmes est toujours excisée en Guinée. L’évolution de ces chiffres en 4 années de Sanseman est pire que s’il y avait eu une guerre civile nationale.

                                              ---------------------------------------------------------

5)    Pour conclure quelques suggestions SMART (Spécifiques, Mesurables, Atteignables, Réalisables, Temporellement définies) pour changer le changement :


Mr le Usain Bolt du sous-développement pardon il faut laisser les sauvageries du XIXe siècle avec les assassinats ciblés des chefs-opposants et simples militants courageux, les tentatives de kidnapping de ceux qui critiquent vos faiblesses coupables, l’intimidation et l’emprisonnement de ceux qui parlent de vos origines par ailleurs tout à fait légitimes et honorables tant que vous montrez aux guinéens que vous les aimez tous comme des frères et sœurs. Oubliez vos lectures FEANFardes sur Machiavel, Staline, Khrouchtchev, Tito et cessez de regarder des DVD de leurs « exploits » - c’est fini ça maintenant. En plus cessez d’envoyer des couillons pour faire vos coups tordus car ils sont tellement bêtes et primitifs que même les enfants du quartier les voient venir à 10 km à la ronde, les chassent à coups de pierre et que leurs justifications après coup seraient risibles si leurs expéditions n’étaient pas parfois mortelles. Regardez ce qui s’est passé chez votre copain burkinabé : malgré un système politico-militaire implacable et bien rodé après près de 30 ans d’exactions, en moins de 3 jours les jeunes patriotes suivis par les politiciens l’ont foutu à la poubelle de leur histoire. Ils ont ainsi transformé ses victimes militaires Sanaka, Lingani et Zongo et le journaliste civil Norbert Zongo en véritables martyrs et héros nationaux qui seront totalement réhabilités même si certains (les militaires) n’étaient pas des saints. Comprenez une fois pour toute que la fin et la sortie d’un homme d’Etat comptent plus pour l’histoire mondiale que son arrivée et sa durée au pouvoir. Il faut quand même reconnaitre que son opposition n’a pas connu cette-fois des girouettes comme Kassory, Teliano, JMD, Kouyaté et qu’ils ont su se trouver un allié militaire respecté et admiré par la troupe pour marcher avec eux dans les rues ce qui n’existe pas chez nous. Sachez que quelque soit la folie d’un dictateur il ne pourra faire tirer sur son peuple désarmé que pendant quelques heures et qu’ensuite les mêmes militaires retourneront leurs armes contre lui parce que dans cette foule il y a leurs enfants, leurs parents et parce que la guillotine de la CPI est sur la tête de tous les assassins de masse depuis Lubanga, Taylor, Milosevic, Gbago et bientôt Dadis et sa bande d’écervelés. Constatez vous-même que les chefs militaires qui l’ont lâché et organisé sa fuite honteuse se trouvent dans sa garde présidentielle et dans l’état-major de son armée alors que la veille ils ordonnaient en son nom de tirer à balles réelles sur des enfants. Mr le PPAC l’arrogance, l’intimidation et la persécution de tous ceux qui ne pensent pas comme vous ne vous aideront pas à avoir un nouveau mandat de cinq ans. Au contraire la colère et le ras-le-bol montent à toute vitesse dans notre pays, même parmi les hauts perchés de votre parti-Etat qui ne pensent plus qu’à l’après Alpha-Ebola maintenant. Faites comme votre conseiller politique avisé Blaise Compaoré, préparez déjà un lieu de « convalescence prolongée » et un hélicoptère français pour y aller à toute vitesse avec junior Palladino. La terreur du culte de la personnalité immortelle qui avait permis à Satan Touré de survivre au pouvoir de 1958 à 1984 est impossible aujourd’hui dans ce monde des NTIC alors n’essayez même pas. Plus personne n’a peur de l’intimidation et de la terreur d’Etat donc vos tentatives actuelles sur des seconds-couteaux n’impressionnent que vos fanatiques.


Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1440e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » - déjà 3 ans, 11 mois et 10 jours !  La crise nationale Ebola a permis de voir encore plus clair dans la composition des acteurs du pouvoir en Condécratie : le Président est le PPAC, le vice-président est Bernard Kouchner, le ministre de la coopération est Tony Blair, le ministre des A.E. est l’ambassadeur des USA et le ministre de la Santé est le représentant de l’OMS qui n’a qu’une seule direction générale : MSF. A tous les niveaux, de l’aéroport aux centres de soins villageois c’est « les blancs » d’Alpha-Ebola qui mènent la danse et décident tout. Le PPAC lui se charge des rôles d’ambassadeur itinérant, d’ex-Président de la FEANF, d’opposant historique à vie, de grand panafricaniste et de protecteur farouche de la dignité nationale devant ces couillons de guinéens. Ceci a été confirmé perfidement par François Hollande à Conakry sans que le Boss ne comprenne surement. Pendant le trajet en ville il dit au PPAC : « mais où avez-vous trouvé tous ces drapeaux français ? Je pensais que vous les aviez tous détruits en 1958 ». Et Vlan dans la gueule de tous les sataniques du PDG-ST. Nous avons tous compris maintenant pourquoi le PPAC n’a jamais voulu être ministre de Lansana Conté : après 3 mois suite au constat pitoyable de ses carences et incompétences même les habitants de Boké « chez lui » ne lui auraient pas donné un job à plus forte raison la possibilité de se présenter même à un poste de sous-préfet.

Pour terminer encore un nouvel exemple du ridicule de sa gestion : il condamne et insulte le Sénégal parce que ce dernier a fermé ses frontières pour se préparer adéquatement sur le plan sanitaire avant de les rouvrir et en même temps il ferme toutes les frontières des écoles du pays pour exactement la même raison. A bas la Condécratie !

 

30 Novembre 2014

A.O.T. Diallo

 

NB : vous pourrez suivre chronologiquement cette série et les précédentes (depuis le début du changement en Guinée en janvier 2007) sur mon nouveau blog: https://aotdiallo.wordpress.com/

Lu 880 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

English Galician German Italian Portuguese Spanish

EDUGRADE

Archives Washington Debats

Nos réseaux sociaux

Nos reseaux sociaux Radio Top Africa sur Facebook Radio Top Africa sur Youtube Radio Top Africa sur Twitter

AMEG-VIE

R&B Shipping
Company LLC

For all your shipping needs.
HOME PICK-UP AVAILABLE
RENE DUONAMOU
410 336 4300
ALPHA BARRY
410 258 3260

VU Magazine

TECHNOREPAIR COMPUTER REPAIR & SALES 
Pour tous vos travaux de réparation ou d’achats d’ordinateurs neufs ou d’occasion.
Computer Repair & Sales
Tel: 202-492-9348
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.technorepair.com

Nos Partenaires

ARGUIFA Chefaide Canada Partenaire a Beni en RDC SA