mardi, 22 octobre 2013 04:51

Conakry:Une Nouvelle Voie (Septembre 2013) : en Guinée c’est « jamais sept sans huit » mais ces foutues législatives sont enfin finies…

Écrit par 
Évaluer cet élément
(0 Votes)


Une Nouvelle Voie (Septembre 2013) : en Guinée c’est « jamais sept sans huit » mais ces foutues législatives sont enfin finies…
Bienvenue à mon bilan du 9e mois de l’An 03 de la Condécratie, un  modèle de démocratie stalinienne avec très peu de travail, justice et solidarité ; un subtil mélange de communisme à la  FEANF et d’affairisme sans scrupules. Je continue donc mon exploration mensuelle des méandres des décisions importantes pour la Nation prises par nos nouveaux chefs en proposant des pistes de réflexions et d’actions qui pourraient être envisagées pour que le « vrai changement » soit effectif.

    Echantillon de paroles et pensées présidentielles du mois : « La plus belle femme du monde ne peut offrir que ce qu’elle a…Les magistrats ne sont pas des dockers ni des syndicalistes pour grever » (le 30 août, pensées philosophiques présidentielles  devant des magistrats) ; « L'Etat est prêt à vous aider. Mais on ne peut pas aider une presse de caniveaux…il y aura ouverture bientôt par le procureur de la République, d’une procédure contre tout journaliste ou média qui portera atteinte à ma personne » (le 04, devant l’association de la presse privée) ; « A bas la sous-traitance...Je vous demanderai d'aider les chinois à bien travailler pour finir le travail qu'ils ont commencé…La Guinée est le pays le plus proche de l’Amérique Latine. Nous voulons qu’en allant en Amérique Latine, les bateaux et les avions passent par nos ports et aéroports. Donc, nous sommes en train de préparer l’avenir de la Guinée pour faire un hub aérien et maritime vers l’Amérique latine.…Aujourd’hui un bateau qui rentre dans nos eaux territoriales doit tout de suite se présenter. S’il ne le fait pas, on envoie des vedettes contre lui…Le banditisme en mer qui était une raison qui amenait les assurances à nous faire payer cher, n’existe plus…Le libéralisme, qui veut dire libre concurrence, met  tout le monde sur le même pied d’égalité et empêche du coup de passer des marchés de gré à gré …J’ai dit à Vincent Bolloré, c’est vrai il est un ami personnel de plus de trente ans, que s’il ne respecte pas ses engagements, l’État guinéen n’hésitera pas à annuler son contrat. Moi, je n’ai pas d’état d’âme. Ce qui m’intéresse, c’est l’intérêt de la Guinée » (le 14, devant les travailleurs du chantier chinois de Bolloré pour l’extension du terminal containers du port de Conakry) ; « la Guinée ne peut pas être le Danemark en 3 ans. Au lieu de comparer la Guinée au Danemark on devrait d’abord cherchez à savoir où on était pendant ces 50 dernières années (le 28, lors de son vote au légis-tardives) ;

·       Pour : les menaces à Vincent Bolloré font vraiment chaud au cœur des guinéens ; maintenant on aimerait bien voir s’il aura le courage de  les répéter devant lui. J’en doute personnellement – le mendiant ne crache jamais sur la main qui le nourrit même s’il joue au coq souverainiste en son absence.
·       Contre : le rôle de la femme dans la société dans la réflexion PPACiène est clairement exprimé dans sa 1e pensée. J’espère que les guinéennes l’ont bien entendu cette fois-ci. La folie des grandeurs (presse de caniveaux ; procédure judiciaire contre tout journaliste qui le critiquera) et l’incohérence (à bas la sous-traitance mais aidez les chinois à bien travailler pour nous) indiquent une aggravation de la santé (surtout mentale) du Boss.

·       Une  Nouvelle Voie : le Président Paul Kagamé du Rwanda disait le 14 à ses concitoyens « Il nous faut réduire le temps qui s'écoule entre la conception d'une idée et sa mise en place et diminuer le délai de passage d'une action à l'autre. Nous devons être prêts à doubler nos efforts en matière de productivité et prendre la responsabilité essentielle de notre propre développement. Nous ne devons pas craindre d'être audacieux dans ce que nous devons faire, tant que c'est bon pour nous ». Le jour où nous aurons un Président qui donnera de tels conseils aux guinéens et instructions à son gouvernement, nous seront enfin sur une nouvelle voie.

------------------------------------------------------
2.     2. Les décisions et actions « positives » du mois : le 01, enfin un chef d’état (par intérim) étranger rend visite au PPAC – mais c’est celui de la Guinée-Bissau, le seul pays de la sous-région en pire situation que le notre ; notre PM, l’Imam Fofana a presque totalement disparu des radars nationaux depuis 3 mois : tout juste 2-3 inaugurations. Il doit se sentir visé et insulté chaque fois que le PPAC parle de la pourriture des premiers ministres du pays ;  le 12, la France annonce enfin sa contribution au budget électoral : 250,000 euros mais uniquement pour les guinéens de l’étranger. Pour que les pièces justificatives originales soient récupérées sur place, loin de la CENI ; le 17, la mission d’observateurs électoraux de l’Union Européenne confirme les dysfonctionnement dans la transparence du fichier et dans le découpage électoral. Immédiatement le PPAC (et la CENI) acceptent de corriger, de prendre en compte les personnes avec récépissés 2013 et cartes d’électeurs 2010 et de reprendre l’affichage par ordre alphabétique dans tout le pays. Il aura fallu les « blancs » pour les faire plier et suivre les règles du jeu démocratique et c’est tant mieux pour tous les guinéens ; le 20, une quinzaine de bérets rouges (garde présidentielle) sont mis aux arrêts dans des containers fermés pour vol de munitions et armes de guerre à la présidence : un peu de leur médicament préféré pour les civils guinéens ; le 23, une déclaration commune du pouvoir et de l’opposition invite les militants des tous les partis au calme et au respect des opinions politiques des autres avant, pendant et après les élections ; le 24, un ministre du gouvernement (DDH) et un leader de l’opposition (F.O. Fofana) vont même prêcher ensemble la bonne parole dans les quartiers chauds de la capitale ; le 28, les guinéens ont enfin voté pour ces foutues législatives, mais dans une pagaille dont nous seuls avons le secret. Le dépouillement démarre correctement le soir mais le laboratoire de la présidence semble reprendre du service dès le 30.
·       - Pour : la déclaration commune pour la non-violence en période électorale et la démarche des 2 responsables d’aller refroidir les esprits dans certains quartiers bouillants avant les élections sont des actions positives à mettre au crédit des 2 adversaires. D’autant plus que des échauffourées avaient commencé les jours précédents et même ce jour-là dans les villes de Conakry, Kindia et Nzérékoré avec un jeune gendarme mort et de nombreux blessés et dégâts matériels (maisons, boutiques et véhicules).
·       - Contre : le président de Bissau est sûrement venu pour recueillir des conseils et de l’argent pour importer la Condécratie chez lui. Le service de presse du PPAC a annoncé que les 2 présidents ont longuement discuté de nouveaux projets de développement communs – c’est vraiment risible de voir 2 mendiants parler de construire ensemble une maison ! Il est triste de constater que le nouveau Président malien IBK a visité tous les pays africains qui l’ont aidé à chasser les terroristes du Nord, sauf la Guinée. Et dire qu’il a du survoler plusieures fois notre pays lors de ce périple. Pourtant ils sont des « grands amis » de l’Internationale Socialiste mais il parait que le PPAC refusait de le prendre au téléphone depuis son installation à Alifacondéa et l’autre est donc très fâché. De plus  IBK est un politicien visionnaire qui sait qu’il faut absolument éviter les hommes avec une étiquette sur le front lisant « peu fréquentable » au cours des 100 premiers jours de son mandat.
·       - Une Nouvelle Voie : les élections législatives doivent être tenues régulièrement tous les 5 ans, qu’il vente ou qu’il pleuve, et doivent être organisées et réalisées du 1e coup. Bon Dieu, nous sommes au XXIe siècle - il ne reste que les Guinée (Bissau et Conakry) dans notre sous-région à ne pas pouvoir faire cela !

------------------------------------------------

    Les décisions et actions « négatives » du mois : le 01, les populations de Conakry ont attendu sans aucune illusion l’arrivée promise de « Electricité pour Tous ». Ils n’ont donc pas été surpris – la situation est restée inchangée. Responsables : bien sûr les anciens premiers ministres – et accessoirement la compagnie privée surpayée pour un contrat de location clés-en-main ; le 03, l’un des rares ministres cohérents, le porte-parole du gouvernement Albert Damantang Camara prouve que lui aussi a été contaminé par la Condécratie : il dit sans sourciller  en parlant d’une ministre partie à l’étranger pour faire une consultation privée sur la Guinée : « on peut signer un document comme consultant bien qu’étant ministre. Je crois que le poste de ministre n’est pas un job définitif ». Encore un autre qui a perdu tout sens de la morale et de l’éthique après un bref séjour dans notre administration ; le 03, la FOSSEL, la force mixte police et gendarmerie chargée d’assurer que le pouvoir pourra tricher sans peine et que les opposants seront mâtés pendant les législatives, annonce la réduction  de ses ambitions budgétaires de 5 millions USD à 2,5 millions USD : c’est le PPAC qui a du payer la facture, les « toubabs » ayant refusé. Ils exigeaient au préalable un inventaire de l’équipement complet et tout neuf qui avait été fourni pour le même boulot en fin 2010. Elle pensait sûrement qu’en changeant de nom (de FOSSEPEL à FOSSEL) le tour était joué ; le 05, une centaine d’étudiants désespérés de ne pouvoir obtenir leurs passeports pour ne pas rater la rentrée dans les universités étrangères où ils sont admis décident de rencontrer le ministre responsable de leur calvaire (celui de la sécurité). Ils ont finalement pu rencontrer les matraques et les gaz lacrymogènes de ses policiers laissant quelques blessés légers. Motif : ils refusent de se plier silencieusement au « système Débrouille » instauré de vente des passeports à plusieurs millions au lieu des 150,000 francs officiels ; nos futurs députés donnent la couleur principale de leur prochain mandat : ils se partagent sans aucune honte 3 milliards de GNF des fonds de l’Etat pour financer leurs campagnes mais surtout pour se rembourser leurs cautions initiales de participation. Dans un pays exsangue comme la Guinée qui tend la main aux bailleurs même pour les enveloppes du courrier électoral, un seul d’entre eux (Abe Sylla) a protesté que c’était indécent - mais il faudrait vérifier s’il n’a ensuite pris son enveloppe. Ils ont tous foncé le lendemain pour encaisser leurs chèques avant que le PPAC ne change d’avis ; le 06, ouverture des jeux de la francophonie à Nice. Il n’y a que 3 pays totalement absents: la Guinée Bissau, la Centrafrique et la Guinée Conakry – 3 non-Etats. Même l’Egypte en pré-guerre civile a envoyé au moins une délégation culturelle ; le 06, le ministre des mines, porte-serviette de Junior Palladino, signe un nouveau contrat de mariage avec une Xième société chinoise, la CIP (China Investment Power corporation) pour 6 milliards de USD afin de développer une mine d’alumine (encore une !) dans la région de Boké. Au lieu de faire avancer les dizaines de projets bloqués pour manque de transparence et confiance, le Boss signe des nouveaux deals mafieux : les bakchichs sont plus intéressants en phase de signature de contrats ; le 09, la CENI dévoile les premiers résultats de son laboratoire Waymark des élections : il y a désormais 5.094.644 électeurs potentiels soit presque 2 millions de plus qu’en fin 2010. La hausse de la population a été effarante en Haute Guinée qui représente désormais 23% du corps électoral et aura 3244 bureaux de vote dont 1374 nouveaux. Pour les autres régions les chiffres sont : Moyenne Guinée : 14% et 1791 ( la seule avec des bureaux en moins dans 4 préfectures) ; Basse Guinée : 22% et 2376 ; Guinée Forestière : 16% et 1970 ; et Conakry : 22% et 2153. La Haute Guinée est donc maintenant la région la plus peuplée du pays, même au dessus de Conakry ! Sûrement les effets combinés d’une fécondité post-changement exceptionnelle, de l’immigration massive de islamistes maliens à Siguiri et Kankan et de l’émigration rapide des « somaliens » au Sénégal au cours des 3 dernières années ; le 09, nous avons un nouveau record au Guinness : le « World Happiness Report 2013 » est mondialement diffusé et ses chiffres sont un nouvel hymne à la Condécratie. Notre pays est classé 150e sur 156 pour l’indicateur « population heureuse de ses conditions de vie ». Il est également l’un des rares du continent qui a reculé (-4,52 %) entre 2005-2007 et 2010-2013 soit l’ère PPAC. Les prévisions des économistes mondiaux sont ainsi confirmées : toute l’Afrique va mieux, sauf deux Guinées (sur trois) et la Centrafrique ; le 10, les vendeuses-magouilleuses des tenues du pèlerinage 2013 de la Mecque se crêpent les chignons dans les bureaux du centre islamique de Conakry et versent de l’essence sur le 2e responsable et sur les habits stockés pour y mettre le feu si leur « bonbon » ne leur est pas restitué par le secrétaire général de la ligue islamique, son épouse et leurs complices. Elles ont été maitrisées à la dernière minute. Allah Akoubar, quelle sainte pagaille si typique du système D. guinéen ; le 14, coup de massue sur la Condécratie : deux enregistrements sonores très clairs d’une discussion entre l’ancien ministre des mines Mahmoud Thiam et l’intermédiaire gabonais ayant introduit le PPAC aux milieux officiels et louches sud-africains (Samuel Mébiane) prouvent  que son fils et lui ont rejoint officiellement le club très select des pilleurs de la république ; nous découvrons avec stupeur et horreur un arrêté ministériel créant une association nationale des Roundés (villages d’esclaves ayant disparus depuis 1957)  chargée de lutter contre la discrimination de ses membres par la communauté peule avec laquelle ils cohabitent en parfaite harmonie depuis des siècles. Encore un acte bassement politicien ou le début d’un apartheid officiel en Guinée ? ; le 18, le PPAC annonce sans aucune gêne à la TV-RPG qu’il a confié le chantier du chemin fer Conakry – Bobo-Dioulasso (chez ses ancêtres paternels) à « son ami de plus de 30 ans » Vincent Bolloré. Et tous les gens présents ont applaudi leur nouveau malheur en préparation. Aucune fuite sur la procédure de passation de ce marché ami-ami. Maintenant il ne reste plus à ce cher Vincent qu’à sous-traiter avec une entreprise chinoise, comme pour le terminal de containers du port et faire encore une plus-value de XXX%, à partager, cela va sans dire avec son mentor guinéen ; le 21, le secret de polichinelle sur le report de la date des élections législatives est balancé publiquement : le 7e essai est de nouveau raté – le 8e  est proclamé pour quatre jours plus tard ! Le tout encore une fois sans aucun calendrier détaillé de ce qui reste à faire ; le 25, le PPAC fait publier par ses conseillers en communication un article dans le Canard Enchainé digne des années 70 de Ahmed Satan Touré et son complot permanent. Il espère ainsi pouvoir enfermer beaucoup de « petits saboteurs » après les élections et les livrer à la justice du changement version Bangoura-Fernandez. Mais les guinéens lui montreront qu’ils ne mangent plus de ce pain-là ; le 28, les élections législatives ont finalement lieu sans grandes magouilles en aval mais avec de belles en amont : changement la veille pour refuser les votes avec récépissés 2013 et cartes 2010 (donc fortement désavantageux pour l’opposition) ; équipement insuffisant surtout dans certaines zones non partisanes ; impossibilité pour de nombreux « saboteurs » de voter en raison de l’éloignement des bureaux de vote ; excès de personnes par bureaux, tous ne pouvant voter avant 18h ; absence volontaire des têtus sur les tableaux de recensement…ect ; le 30, la mission d’observation de l’U.E. donne ses 1e observations sur le déroulement des opérations avant et pendant le vote. Les principales sont : élections dans le calme et la pagaille, non respect (planifié) des délais légaux par le CENI, implication illégale des 12 principaux faucons de la Condécratie (8 ministres et 4 gouverneurs) et leurs « petits » (préfets, sous-préfets et chefs de quartier) ; utilisation sans gêne du matériel de l’Etat par le RPG tout le long des deux premières étapes ; petites magouilles pré-électorales pour favoriser le RPG et boycotter les partisans de l’opposition. Ils ne font que confirmer ce que tous les guinéens savaient déjà mais tous attendent la proclamation des résultats finaux pour danser dans les rues – ou tout casser.

·       - Pour : comme chaque mois : R.A.S. (Rien A Signaler)…
·       - Contre : la bande sonore sur les magouilles présidentielles avec l’Afrique du Sud donne des détails très clairs sur l’arrivée de Waymark et le prêt familial Palladino. L’intermédiaire se plaint notamment du transfert des fonds quelques semaines après réception de ce dernier des comptes officiels de la nouvelle société nationale de gestion des mines guinéennes (SOGUIPAMI) vers ceux personnels du Boss et de toutes les tentatives des créanciers pour que ces fonds soient remis dans les premiers. Il leur avait promis un rôle de partenaires avec bien sûr partage des bénéfices (environ 30%) dans cette société. Il n’y a pour le moment que 17 minutes dévoilées mais il existerait plusieures heures d’enregistrements disponibles. Cette fois le PPAC et Junior Palladino sont pris la main dans le pot de confiture national. Quand il parlera désormais de Lansana Conté et des anciens PM il devra dire « nous ».
 
Je voudrais dire un mot un peu plus long sur les cabales mafieuses de l’association des Roundés et du torchon anti-peul du sieur Mansour Kaba, tous les deux sortants comme par hasard en pleine campagne électorale à très hauts risques pour le PPAC qui est en chute libre dans les prévisions de victoire. J’ai eu des discussions très riches avec certains compatriotes et en particulier avec un grand frère pour lequel j’ai le plus grand respect. Il m’a suggéré d’écrire un texte sur le sujet car plusieures analystes nationaux pensaient que je sous-estimais gravement un processus explosif pour notre pays. Mais je me suis rappelé que je m’étais refusé de faire ma part de publicité gratuite à de pauvres mecs prêts à tous les buzz médiatiques pour assouvir leur soif de pouvoir et d’argent car chaque réaction est en partie bénéfique pour eux. Par exemple je voudrais rappeler qu’un certain Ali Bocar Cissé, un  retraité sans sagesse sur un site ethnique et Ben Daouda Touré sur notre forum avaient produit des textes pareils sinon pires. Le 1e n’est lu que lors des rencontres des fossiles du bureau politique national de la particule PDG et le 2e a vite constaté qu’il ne recueillait que quelques commentaires méprisants et il a vite changé de registre ; le tout dans un silence profitable à nos compatriotes inquiets. Ma conviction est la suivante : le parrain de cette association est Diao Kanté, un dinosaure politique prêt à tout pour obtenir 40,000 voix et se garantir une écharpe tricolore et une pension parlementaire jusqu’à la fin de ses jours. Vu que Celou Dalein Diallo fera facilement le plein total au Fouta il lui faut diviser comme il peut pour grignoter quelques voix. En plus promettre cela au PPAC c’est comme verser du miel dans sa bouche : si seulement le score de cet ennemi pouvait être inférieur à celui de la présidentielle, il pourrait en faire des gorges chaudes sur la TV-RPG. De la même façon le texte de Mansour Kaba n’est à mes yeux qu’une tentative désespérée d’un papy qui a appris qu’un remaniement ministériel était imminent et qui veux donc cirer les bottes et oreilles présidentielles pour se rappeler à ses bons souvenirs de militant sans foi ni loi. D’autant qu’il avait été oublié lors du partage du gâteau en 2010, sans doute pour manque de zèle.
Attention, je ne sous-estime nullement les espoirs maléfiques du PPAC mais la question  principale à laquelle il faut répondre est de savoir si ces 2 provocations ont le potentiel de déstabiliser la Guinée. Je dis bien la Guinée, pas le Fouta car dans ma pensée et mon cœur il n’y aura jamais de Guinée sans le Fouta et jamais de Fouta sans la Guinée. Tout au plus dans l’avenir une Guinée fédérale, seulement quand le peuple sera à un niveau de paix sociale et de réconciliation minimales rendant ce projet viable. Par ailleurs il faudra que la majorité des guinéens l’ait décidé suite à un référendum juste et transparent. Le PPAC est un politicard nuisible mais à mes yeux il est encore loin du danger réel que représentait Ahmed Satan Touré. Ce dernier menait les guinéens, de Conakry à Panziazou, Kouremalé et Koundara, à la baguette et pourtant quand il a voulu les lancer, en particulier ses « parents » au sens large pour un génocide contre les peuls, chacun a baissé la tête, applaudi mais a refusé de passer à l’acte. Pourtant sa stratégie et son montage étaient parfaits dans une Guinée qui vivait au moyen-âge dans les années 60-70. Si un génocide était possible c’est bien là qu’il aurait eu lieu. Je sais que quoi je parle parce que je suis paradoxalement un mélange de guin-ex et de guin-int : si je suis né et ai vécu jusqu’à 17 ans hors du pays tout en y venant tous les ans j’y ai ensuite vécu sans interruption de 1972 à 1979 et ensuite de 1984 à 1993. Ce sont des périodes cruciales de nos 2 premières dictatures. J’y ai connu l’investissement humain, les cours d’idéologie, l’internat à Poly et la campagne révolutionnaire FAPA dans les villages ruraux. En particulier la période 1976-1977 (le complot peul) a été la plus pénible et j’étais persuadé que ma famille serait massacrée et « utilisée comme engrais pour enrichir le sol guinéen » comme suggéré par certains « cousins » sur la radio nationale. Mais ce fut juste le contraire : vous seriez étonnés de savoir la solidarité silencieuse dont nous avons fait l’objet ; encore plus de la part de qui ; et dégoutés de qui elle n’est jamais venue, au contraire même. Tout ceci pour dire que je crois connaitre assez bien les mentalité et bassesses des « guinéens nouveaux » fabriqués par Satan Touré. Plusieurs parmi eux peuvent certes faire du mal à leur entourage y compris familial et seraient prêts à cracher sur leurs père et mère pour le moindre petit avantage égoïste mais ils sont trop lâches et jouisseurs pour oser se lancer tête première dans un processus de génocide qui ne les raterait pas. J’admets et j’accepte avec plaisir les analyses différentes mais je demande la même indulgence pour mon opinion basée sur des faits concrets vécus. De plus je rejette le découragement et les pensées chaque jour plus funestes de l’avenir de notre pays - il faut entretenir un minimum d'optimisme pour ne pas déprimer pour des suppositions et pour pouvoir avoir une vision possible d'avenir et de reconstruction. Comme je le disais pour conclure la discussion avec ce grand frère de toute façon seul l’avenir dira qui avait raison mais il est positif que nos intellectuels envisagent tous les scénarios possibles afin de ne plus tomber des nues comme chaque fois depuis près de 60 ans. Nous en reparlerons donc, après avoir viré le PPAC, le seul combat urgent sur lequel nous sommes presque tous d’accord aujourd’hui.
·       - Une Nouvelle Voie : le Mali constitue un exemple à imiter sur de nombreux aspects pour démarrer une nouvelle voie : la principale chance de notre voisin a été d'avoir finalement à sa tête un président intérimaire et (pour les 6 derniers mois) un PM honnêtes et 100% neutres, sans aucune ambition présidentielle immédiate dommageable a l’évolution de leur pays en crise grave. Nous avons tous vu le marasme national digne de la situation guinéenne quand « l’astrophysicien  ambitieux » Cheick Modibo Diarra était à la primature du fait que le seul résultat qu’il visait était son arrivée au palais présidentiel. Avez-vous vu une seule fois pendant la campagne électorale Dioucounda Traoré ou Django Cissoko jouer aux guignols avec foulards colorés pour soutenir un parti ou aller à leurs réunions hebdomadaires ? Ou tripatouiller en coulisse avec la CENI pour choisir le vainqueur ? La clé de la paix sociale en Afrique c'est un pouvoir, en commençant par son chef, qui doit se mettre au dessus des querelles politiques, comme arbitre juste et intransigeant. Les basses combines politiques et sociales d’un chef d’Etat aboutiront toujours à une situation de chaos comme la notre. Modibo Keita et Moussa Traoré, comme Ahmed Satan Touré, n'ont légué au Mali que des stades décrépis, des palais du peuple vétustes et des usines en faillites. Ensuite A.O. Konaré (malgré toutes les critiques objectives de ses 2 mandats) a remis le pays sur les rails du développement en 10 ans et les maliens ont vu un début du changement effectif dès la 2e année. Il nous faudra des hommes et femmes de cette trempe – ou mieux, parce que cela existe parmi les guinéens – pour entreprendre nous aussi, notre Nouvelle Voie.

--------------------------------------------------
4.     4. Formations, séminaires, ateliers, colloques et  autres « rendez-vous du donner et du recevoir » du mois : formation des secrétaires généraux des ministères et des directeurs de cabinets des gouvernorats régionaux sur le thème : le secrétaire général et la conduite du changement ; atelier de renforcement des capacités des formateurs superviseurs du consortium pour l’observation domestique des élections (CODE) (1) ; forum de mobilisation des ressources en faveur de l’assainissement et de l’hygiène publique de Conakry ; atelier sur la formation duale ( ??) ; atelier de formation de la CENI pour le renforcement des capacités de ses démembrements (2)  ; formation de 100 secrétaires des ministères sur le thème : « les nouvelles facettes du métier de secrétaire » ; formation des journalistes sur le thème : rôle et responsabilités des médias pour les élections législatives ( 3 !) ; formation de 140 moniteurs avec la CENI provenant des 33 préfectures et de Conakry pour les élections législatives (4) ; table ronde sur les thème « élections législatives 2013, risques de violence et stratégie de prévention des conflits » organisé par l’ONG nationale « la baillonnette intelligente » (5 !) ; atelier sur le lancement officiel du guide d’éducation à la paix dans les établissements scolaires ; atelier de présentation de l’étude de préfaisabilité du projet d’exploitation de fer aux monts Nimba ; états généraux de la pêche et de l’aquaculture en Guinée ; formations de 700 observatrices des élections législatives par le projet « cases de veille » (6) ; forum sur la foresterie sociale et intérêts des écosystèmes forestiers ; revue semestrielle du programme de coopération Unicef – Guinée ; rencontre WANEP-Guinée sur la promotion du dialogue pour une Guinée démocratique et apaisée (7) ; formation des magistrats sur le processus électoral (8) ; atelier national sur la restitution des études sur la faisabilité d’un accord entre l’Etat et les populations affectées par le barrage de FOMI et sur le partage des recettes issues de la vente de l’électricité ( ?) ; atelier de renforcement des capacités des délégués des partis politiques engagés dans le processus électoral (9) ; formation complémentaire des agents des bureaux de vote (10) ; atelier du Centre Femmes, Citoyenneté et Paix pour la production d’une déclaration appelant à une élection dans la sérénité et de préparation des actions et stratégies à entreprendre au lendemain des élections (11) ;
- Pour : le séminaire-bizness (21) dont 11 pour les législatives est lui aussi en pleine campagne électorale : pas beaucoup de temps à perdre dans des salles de classes alors que des perdiems plus élevés et des T-shirts sont distribués quand on va chanter et danser sous la pluie pour remercier nos héros politiques.
- Contre : pour le forum hygiénique de notre capitale en décomposition, le Resto-cop, gouverneur de Conakry a fait un don inoubliable au nom du Ministère de l’administration : dix (10) brouettes, trente (30) pèles, trente (30) machettes, cent (100) balais, quarante (40) paires de bottes, cinq (5) bidons de produits phytosanitaires, cinquante (50) paires de gants, dix (10) cartons de savons Diama et un chèque de dix millions (10.000.000) de francs guinéens soit environ 1,000 euros. Le reste est de la responsabilité exclusive des papas-bailleurs. ·       - Une  Nouvelle Voie : une chose est certaine : il sera interdit de former les agents électoraux actuels quand une Nouvelle Voie sera effective : vu leur performance globalement minable le 28, il faudra tous les virer et former de nouveaux de A à Z.

-------------------------------------------------------
Mr le PPAC, un jeune frère éclairé (Paul Théa) a écrit ce mois-ci « qu’il n’y a qu’une seule entreprise qui marche bien au pays : l’usine de fabrication de dictateurs » ; pas un seul jour d’arrêt de travail depuis 55 ans. Des centaines d'usines offertes à Ahmed Satan Touré par une communauté internationale compatissante suite à notre Non historique, la seule qu'il a laissée opérationnelle à sa mort, hélas retardée jusqu’en 1984,  est celle des dictateurs. Chacun des malades qui est passé au pouvoir a rajouté quelques nouvelles unités de production et chaines de montage. Finalement, grâce à vos très hautes qualifications sorbonnardes et féanfardes, incomparables à celles des semi-lettrés qui vous ont précédé, vous avez parachevé l’usine-modèle bolchevique en termes de sournoiseries et d’apartheid inter-blacks. En politicard rusé vous avez rapidement compris que vous ne pouviez rien offrir comme réalisations concrètes de réconciliation nationale et de développement aux guinéens assoiffés de ces denrées rares. Vous avez donc opté comme votre parrain A. Satan Touré, pour les tenir en haleine afin de passer 5 années tranquilles à la mangeoire voir 10 si possible, un complot permanent de saboteurs. Mais vous resterez toujours pour moi un épiphénomène nuisible qui sera rapidement oublié après votre départ du pouvoir.
Les vrais dangers du pays, ceux pour lesquels il faut avoir un plan de guerre pour les éliminer le plus vite possible sont les quelques centaines de petits soldats du Diable fabriqués par dans ces usines de dictateurs. Des militaires et civils lugubres, inconscients et racistes qui vous tiennent aujourd’hui en otage par leurs activités machiavéliques pour se remplir les poches au plus vite. Ils sont plus convaincus que nous de votre chute prochaine et cela aiguise leur appétit budgétivore. A. Satan Touré a démarré le zoo avec une bande de parents et beaux-parents puis il a éliminé certains, ceux qui étaient intelligents et ambitieux. Ce reliquat originel PDGiste a été renforcé par les Coco-boys, des voyous affamés qui ont rajouté à la criminalité humaine de rigueur une criminalité économique dévastatrice. Les Dadis et Sékouba Konaté ne sont que des purs produits de ces usines. Le pire c’est que certains qui ont été emportés par excès d’opulence ou par « courte maladie » se sont fait remplacer par leurs rejetons qui ont amélioré les compétences familiales. Vous êtes donc  depuis le 22 décembre 2010 piégé par cette élite de la médiocratie qui constitue la honte de la Guinée. Attention, ceci n’enlève rien à votre responsabilité directe dans ce gâchis national. Les enregistrements sonores récents de vos magouilles avec les services officieux Sud-Africains prouvent à suffisance que vous êtes en fait  un élément central (sûrement depuis la 1e république) de cette mafia militaro-civile qui gangrène le pays. Mais aveuglé par le pouvoir vous ne voyez même pas qu’ils préparent déjà votre remplacement par l’un des leurs pour assurer leurs arrières. Beaucoup disent que vous serez poursuivis après votre départ du pouvoir pour tous les crimes commis sous votre responsabilité. J’en doute, connaissant l’amnésie maladive de mes compatriotes mais il y a Dieu merci une justice internationale  qui est maintenant à la disposition des guinéens frustrés par la pourriture de la justice locale. Ils n’hésiteront donc pas à vous trainer demain vers elle, comme Habré, Gbagbo et la famille Wade,  même si cela doit être à Ouaga, Paris ou la Haye.
Tic-tac, Tic-tac, la montre tourne ; aujourd’hui est le 1014e jour du « changement radical » et du « Guinea is back » - déjà 2 ans, 9 mois et 10 jours ! Les 1.000 jours de pouvoir absolu sont franchis - la 25e heure de la Condécratie est atteinte. Il est impossible d’être un bon Président si on n’a pas été élu démocratiquement et on se transforme chaque fois progressivement en dictateur. Une dizaine de générations de jeunes guinéens ont eu leur enfance, adolescence et vie adulte de qualité inférieure à celles dans presque tous les pays de la région. Allons-nous laisser le PPAC faire de même pour une ou deux générations supplémentaires ? Tous les guinéens conscients et réfléchis ont maintenant compris que leur avenir durable ne sera jamais amélioré par le vieux Mossi et son équipe. Si franchement ils ne votent pas pour leur bonheur à partir de maintenant, alors personne ne le fera pour eux. Les ivoiriens et les Sénégalais l'ont compris et ils ont fait tomber de véritables machines de guerre montées contre eux par le pouvoir. Aux guinéens de faire pareil sinon ils mériteront ce qui les attend. Il ne s'agit plus de pouvoir et d'opposition maintenant en Guinée - il s'agit de voter pour enfin une petite chance d’amélioration de vie personnelle et familiale - voila le seul argument qui vaille. Nous ne voulons plus un simple changement de chef politique – nous voulons un changement de système politique. Si seulement tous les guinéens pouvaient enfin réfléchir ensemble sur leur avenir commun à reconstruire ce serait déjà les premiers signes visibles d’une Nouvelle Voie !

 

30 Septembre 2013
A.O.T. Diallo
 
NB : vous pourrez suivre chronologiquement cette série et les précédentes (depuis le début du changement en Guinée en janvier 2007) sur mon nouveau blog: https://aotdiallo.wordpress.com/
 


--
Vous avez une journée extraordinaire,

A.O.T. Diallo
Guinéen, mais optimiste!




--
Vous avez une journée extraordinaire,

A.O.T. Diallo
Guinéen, mais optimiste!




--
Vous avez une journée extraordinaire,

A.O.T. Diallo
Guinéen, mais optimiste!




--
Vous avez une journée extraordinaire,

A.O.T. Diallo
Guinéen, mais optimiste!

Lu 40512 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

English Galician German Italian Portuguese Spanish

EDUGRADE

Archives Washington Debats

Nos réseaux sociaux

Nos reseaux sociaux Radio Top Africa sur Facebook Radio Top Africa sur Youtube Radio Top Africa sur Twitter

AMEG-VIE

R&B Shipping
Company LLC

For all your shipping needs.
HOME PICK-UP AVAILABLE
RENE DUONAMOU
410 336 4300
ALPHA BARRY
410 258 3260

VU Magazine

TECHNOREPAIR COMPUTER REPAIR & SALES 
Pour tous vos travaux de réparation ou d’achats d’ordinateurs neufs ou d’occasion.
Computer Repair & Sales
Tel: 202-492-9348
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

www.technorepair.com

Nos Partenaires

ARGUIFA Chefaide Canada Partenaire a Beni en RDC SA